Do not fear protecting freedom!

In times of emergency, democratic citizens must not relinquish their freedom in exchange for the false assurance of safety from power-hungry leaders. The time has come to oppose the status quo and work to decentralize the system.

The majority of the upcoming year's predictions emphasize potential threats. Pessimism and risk have dominated contemporary public discourse. A lot of people in Europe worry that their kids won't have the same chances as they did. Simultaneously, politicians, the media, non-governmental organizations (NGOs), and technocrats are spreading the word that the End is close.

In their opinion, a sign that has joined the ranks of war, famine, plague, and death is climate change. Without a doubt, the climate has been altered, and it is also true that we must do everything in our power to eradicate pollution and waste. Still, we need to have more faith in our ability to adjust to changes in the environment and the weather.

The fear of the coronavirus has subsided, but we are now warned of much more devastating pandemics to come.

Unfortunately, war is an unavoidable fact of life. This rider has been with us since the dawn of humanity, several millennia ago, and will remain with us for the foreseeable future. Europe and the United States went a long time without war, while other parts of the world were in the middle of very violent wars. Now that war has once again erupted in Europe, it is evident that ignoring this reality has disastrous consequences. The Western nations have been so terrified of "militarism" and lulled to sleep by idealistic notions of global peaceful progress that they have failed to see the writing on the wall.

Those who fight against freedom

The media cultivate fear, even though the causes of economic instability and inflation receive relatively little commentary, while other perceived threats receive a great deal of attention. People who spread fear take advantage of the current situation to get more power and convince people that the government has all the answers. For people to feel like they are safer, they have to give up their freedom and civil rights.

A new category of public actors, activists, has recently emerged. An activist gets involved in a problem but doesn't offer a good solution, which can make it harder to solve the problem. Most of the time, these people aren't very good at their jobs or careers, but they often rant in public at international conferences. They shut down roads, occupied government buildings, and behaved hostilely, even viciously, toward those they perceived as political opponents. Some activists intentionally cause property damage—most recently by attaching themselves to expensive art in museums—and then have the audacity to claim they are doing so for a noble cause. The haughty statements of celebrity activists like Greta Thunberg, on the other hand, do not contribute to the search for viable solutions. On the contrary, they want to instill terror. And that is exactly what is intended because terrified people are more easily manipulated into giving up their rights and freedoms.

The hysteria generated by the COVID-19 epidemic among politicians, publicity-seeking scientists, and the media is another example of this confusion. The threats posed by the newly discovered virus, particularly its initial mutations, were to be taken very seriously. However, amid the panic generated, states, supranational bodies, and non-governmental organizations (NGOs) did everything they could to arrogate additional powers to themselves.

 At each G20 summit, it is evident that new methods of exercising global authority over people are being developed. Nationally and internationally, there is an abundance of centralization initiatives, each of which is presented as a solution to a problem. All they represent is a push for more power. Currently, citizens and businesses are confronted with a deluge of laws and regulations that restrict their actions and limit their freedom of choice.

Identity elite

In centralized systems, the distance between leaders and citizens increases, while accountability and transparency decrease, thereby creating a more conducive environment for technocratic bureaucracy. In democracies, the media, the fourth estate, does not address this issue. They are pleased to applaud an all-powerful state and its "solutions" that are fabricated.

 Many media titans prefer to play along because the system suits them. On the other hand, citizens should not fear and continue to fight for the cause of their freedom. Civil society in Europe and the United States remains robust, and it is hoped that it will respond decisively to the excesses of the state and pressure groups.

 Justified opposition is often characterized as radical and irrational, further marginalizing it. Despite this, we have already seen an increase in civil disobedience during the coronavirus pandemic. These protestors were not all deranged; many were well-informed citizens who were justifiably displeased with the government's argumentation. Governments imposed ostensibly scientific, often draconian measures while refusing to accept responsibility for their consequences. They were unable to provide a convincing scientific justification in the end.

Action.

As a result, freedom, and prosperity are endangered. Weakness and being reduced to dissatisfied protests, as well as being depressed by climate, diseases, war, and radicalism, are not viable solutions. Today, we must be confident and brave to face challenges. Our confidence is high as a result of the private sector's development of pragmatic solutions for clean energy and recycling, as well as the success of our medical research. Keep in mind the many signs that young people in Europe are becoming more optimistic.

 Decentralization is the method for revitalizing our market economy, fortifying our democracy, and fortifying our social systems. It makes politics more accessible to the general public. Experimentation has demonstrated that democracies operate most effectively in a decentralized, highly accountable setting. We must abandon our fear- and overregulation-based comfort zones.

 We should begin employing all the constitutional and legal tools at our disposal to combat laws and regulations that are unjust, illogical, harmful to people, or restrict our liberty. It facilitates citizen participation in politics. Experimentation has demonstrated that democracies operate most effectively in a decentralized, highly accountable setting. We need to leave our comfort zone of fear and overregulation.

 It is high time we utilized all the constitutional and legal tools available to us to challenge unconstitutional, unrealistic, harmful, and freedom-restrictive laws and regulations. Being legally correct but failing is not an option; there may be instances in which civil disobedience is not only justifiable but essential.

 

 

Les risques de négliger la Turquie

Par Rafiek Madani

L'Occident refuse de reconnaître que la Turquie a des intérêts stratégiques propres en Méditerranée orientale et, ce faisant, risque de s'aliéner un allié crucial.

Le voisinage sud-est de l'Europe - la Méditerranée orientale, la région de la mer Noire et le Caucase - est depuis longtemps une arène où les principaux acteurs géopolitiques se disputent l'influence. Et la Turquie se trouve au centre de ce nœud crucial.

Cela place Ankara devant des défis et des responsabilités majeurs. Les États-Unis, l'Union européenne, l'OTAN et la Russie ont tous des intérêts stratégiques dans la région, et d'autres acteurs importants comme Israël, l'Égypte et la Grèce ont également beaucoup d'enjeux.

Ces tensions géopolitiques régionales se produisent également en même temps que celles de plusieurs autres minorités, en plus d'un certain nombre de points chauds de conflit où les intérêts des minorités légitimes, comme ceux des Kurdes et des Palestiniens, sont fréquemment ternis par l'activité à caractère terroriste. Les luttes intestines font rage au Liban, en Libye et en Syrie. Des attentats à la bombe ont lieu régulièrement en Irak. Dans le Caucase, la situation entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie reste volatile malgré la fin de la guerre. Il existe toujours un conflit gelé entre la Géorgie et la Russie au sujet de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Tous ces problèmes sont liés entre eux, et la liste est encore longue.

Bien entendu, le principal conflit qui touche la région est la guerre totale menée par la Russie contre l'Ukraine. Outre les terribles pertes subies par la population ukrainienne, cette invasion a donné lieu à plusieurs défis politiques et économiques mondiaux.

Tous ces sujets brûlants se déroulant dans le voisinage immédiat de l'Europe, il est essentiel de comprendre la position et les intérêts du pays qui se trouve au centre névralgique de la région : la Turquie.

Anciennes relations et rivalités

À l'intersection de l'Europe et de l'Asie, la Turquie, incontestablement la nation la plus puissante de la Méditerranée orientale, garde l'entrée de la mer Noire depuis la Méditerranée par les Dardanelles et le Bosphore. Elle relie l'Europe au Caucase, à la mer Noire et au Moyen-Orient.

Jadis les Ottomans, qui régnait sur une grande partie du Moyen-Orient et des portions de l'Europe du Sud-Est, a été complètement détruit à la fin de la Première Guerre mondiale. Il a ensuite été divisé en un certain nombre de nouvelles entités et de protectorats coloniaux, principalement par le Royaume-Uni et la France. Des États artificiels sont ainsi nés. La France, le Royaume-Uni, l'Italie et la Grèce ont divisé le territoire de l'actuelle Turquie en quatre zones d'occupation. Une armée nationale turque a ensuite vaincu les forces d'occupation sous la direction de Mustafa Kemal Bacha, connu sous le nom d'Ataturk, ce qui a conduit à la fondation de l'État turc moderne. Selon les modèles français et italien, la Turquie devait être une entité laïque et nationale, avec une seule nation et une seule langue.

Après la Seconde Guerre mondiale, alors que l'Union soviétique s'affirmait, la Turquie a rejoint l'OTAN et est restée depuis l'un des principaux alliés de l'organisation. Bien qu'elles n'aient pas lieu en réalité, les négociations théoriques en vue de l'adhésion à l'UE se poursuivent.

L'Empire russe et l'Union soviétique, dont l'expansion dans la mer Noire, les Balkans et le Caucase a déclenché plusieurs guerres au cours des 300 dernières années, ont entretenu des relations tendues avec les Ottomans et la république turque qui a suivi. Dans le conflit actuel, il est crucial pour la sécurité de la Turquie de maintenir l'intégrité territoriale de l'Ukraine et d'empêcher la Russie d'entrer en Crimée.

Le président Recep Tayyip Erdogan a pu négocier la libération des cargaisons de céréales ukrainiennes d'un blocus russe sur la mer Noire grâce à la solide présence militaire de la Turquie, que Moscou respecte. Le récent conflit du Haut-Karabakh a constitué un autre exemple des prouesses militaires de la Turquie, puisque le soutien turc à l'Azerbaïdjan lui a permis de vaincre l'Arménie, soutenue par Moscou. Ankara apprécie la préservation de l'indépendance de la Géorgie et la réduction de l'influence russe au Moyen-Orient, notamment en Syrie. Toutefois, en raison de sa dépendance à l'égard de l'énergie et du commerce russes, la Turquie doit continuer à entretenir de bonnes relations avec la Russie.

En outre, la Turquie et la Grèce entretiennent des relations conflictuelles, ce qui pose problème dans le cadre des relations avec l'UE. La Grèce a commis l'erreur d'occuper le territoire turc après la Première Guerre mondiale, aux côtés du Royaume-Uni et de la France. Cela a déclenché une violente réaction et, après que la Turquie a recouvré son indépendance, de nombreux Grecs d'Anatolie - dont la plupart vivaient au bord de la mer Égée - ont été chassés et maltraités en représailles. Les relations entre les deux nations sont depuis lors tendues, notamment en raison de deux problèmes : le nord de Chypre et les eaux territoriales.

Ankara conteste la division des zones économiques exclusives actuellement reconnue par l'ONU, ce qui donne un avantage considérable à la Grèce. Techniquement parlant, la revendication territoriale de la Turquie est limitée car les îles se voient accorder plus d'eaux territoriales que les continents. L'état des relations avec l'UE a été entravé par cette question non résolue, qui a été aggravée par la manière dont Bruxelles et d'autres capitales européennes ont traité la Turquie.

L'agitation politique qui a également entraîné l'engagement militaire de la Turquie au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Syrie, présente des difficultés supplémentaires pour le pays. Ankara a des liens anciens avec l'Afrique du Nord, en particulier l'Égypte et la Libye, ainsi que des intérêts dans l'océan Indien.

Inquiétudes d'Ankara

Les citoyens turcs d'ascendance kurde sont entre 15 et 20 millions, soit environ 20 % de la population totale. N'ayant pas eu d'État depuis des siècles, les Kurdes, une ethnie composée de nombreux sous-groupes, sont aujourd'hui dispersés dans l'est de la Turquie, le nord de la Syrie, l'ouest de l'Iran et le nord de l'Irak. La population kurde a été divisée selon les lignes coloniales tracées par les Français et les Britanniques.

Bien que la langue kurde ait été discriminée par la politique de la langue unique de Kemal Ataturk, les Kurdes eux-mêmes n'ont pas été opprimés. Dans les années 1960 et 1970, les campagnes soviétiques de désinformation et de dénigrement ont alimenté l'opposition kurde et conduit à l'émergence de certaines organisations terroristes. L'objectif était de déstabiliser un allié important de l'OTAN. L'antagonisme s'est accru en raison de cette stratégie. Les groupes kurdes du nord de la Syrie qui combattaient auparavant Daesh avec l'aide des Américains ont maintenant établi leur propre bloc territorial. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe terroriste radical d'origine turque, est soutenu par leurs dirigeants. Le groupe figure sur les listes de surveillance des terroristes de l'UE et des États-Unis. Il est regrettable que les demandes légitimes des Kurdes de voir leur ethnicité reconnue soient frustrées par les activités terroristes d'un petit groupe. On trouve des minorités kurdes dans de petites villes de l'ouest de la Turquie ainsi qu'en divers endroits de l'Anatolie orientale. La Turquie veut surveiller un "cordon sanitaire" de 30 km à l'intérieur de la Syrie du Nord pour se protéger de cette menace, qui a suscité la colère de nombreuses autres puissances.

L'Europe et les États-Unis pensent à tort qu'Ankara doit soutenir leurs objectifs lorsqu'ils traitent avec la Turquie. Cependant, la Turquie a également d'autres préoccupations justifiées, et en se défendant, elle aide l'Occident en maintenant la stabilité régionale.

Les actions entreprises par la Turquie en Syrie sont logiques du point de vue de la lutte contre le terrorisme. Afin de maintenir l'intégrité territoriale de l'Ukraine et de limiter l'influence russe dans le Caucase, la Turquie a apporté des contributions cruciales. Si l'approche d'Ankara diverge parfois de celle de l'Occident, elle s'avère également plus efficace.

Les membres de l'OTAN ont critiqué la Turquie sur un certain nombre de fronts. L'un d'eux est l'acquisition du système de défense aérienne S-400 auprès de la Russie. Le problème est qu'Ankara a besoin d'une certaine indépendance stratégique pour protéger ses intérêts. Sa flexibilité serait limitée si elle dépendait totalement de la technologie occidentale, surtout si elle ne pouvait pas contrôler le logiciel. Elle a élaboré une industrie de défense florissante pour préserver son indépendance. Comme l'Occident néglige fréquemment les intérêts turcs, Ankara doit parfois recourir à des tactiques qui sont perçues comme du chantage mais qui ne visent en fait qu'à préserver les intérêts nationaux. C'est ce qui s'est produit lorsque la Suède et la Finlande ont été empêchées d'adhérer à l'OTAN jusqu'à ce que ces pays cessent d'offrir un sanctuaire aux terroristes du PKK.

Grâce à ses activités économiques, la Turquie a considérablement accru son influence en Afrique. En plus de jouer éventuellement un rôle important en Asie centrale, elle a la capacité de stabiliser le Moyen-Orient. Elle est d'une importance vitale pour l'Occident. Pourtant, les États-Unis et l'UE ne tiennent pas compte des intérêts turcs et dénigrent fréquemment la nation sur la scène mondiale. Cela se retournera contre eux.

Le président Erdogan est un réaliste pur et dur. Par conséquent, il modifie fréquemment ses politiques. La politique turque est considérée comme imprévisible par de nombreux commentateurs, mais elle est rationnelle et motivée par les intérêts nationaux. On ne peut toutefois pas en dire autant de la politique économique. Malheureusement, bien que l'économie ne soit pas faible en soi, l'inflation est hors de contrôle et la valeur de la livre turque a récemment chuté de manière significative.

Sans la Turquie, la sécurité et les intérêts de l'Europe seront constamment remis en question. S'ils faisaient l'effort de comprendre Ankara, les Européens seraient récompensés par un voisinage immédiat plus sûr et plus stable.

 

L'avenir des crypto-monnaies

Article rédigé par Rafiek Madani 

Alors que la crypto-monnaie la plus populaire, le bitcoin, perd de sa valeur, ses défenseurs sont découragés. Mais la crypto est là pour rester, tandis que la réglementation et la taxation sont probablement à venir.

Les crypto-monnaies ont subi un coup dur au cours des derniers mois. Par exemple, le taux de change dollar américain/Bitcoin est passé de près de 70 000 dollars début novembre 2021 à moins de 20 000 dollars fin juin et, malgré des hauts et des bas, a plongé à 19 733 dollars le 15 septembre.

Historiquement, le bitcoin - de loin la forme la plus populaire de crypto-monnaie - a été une réussite pour ceux qui l'ont acheté : le taux de change par rapport au dollar était inférieur à 3 000 dollars il y a cinq ans. Pourtant, de nombreux défenseurs du bitcoin ont été déçus à deux égards. Cette crypto-monnaie n'a pas réussi à devenir un moyen de paiement généralisé et s'est révélée être une mauvaise défense du pouvoir d'achat en période d'incertitude et d'inflation. Cette situation est surprenante. L'offre de bitcoin est limitée à 21 millions d'unités. Comme plus de 19 millions d'unités, soit 90 %, ont déjà été émises ("minées"), la plupart des gens s'attendaient à ce que ce plafond entraîne une hausse constante de son prix libellé en dollars.

Quel est l'avenir ?

Pour définir les scénarios futurs des crypto-monnaies, il peut être utile de considérer ce qui s'est passé dans le passé et de clarifier quelques points clés. Premièrement, le monde de la blockchain se compose de crypto-monnaies et de crypto-dérivés. Par exemple, le bitcoin est une crypto-monnaie tandis que les monnaies stables Tether et TerraUSD sont des crypto-dérivés. Ces derniers sont "dérivés" des crypto-monnaies et/ou rattachés à une monnaie largement reconnue et centralisée, comme le dollar. Pour faire simple, un investisseur financier distribue des dollars à une entreprise et reçoit en retour un produit dérivé. L'entreprise convertit les dollars en crypto-monnaies et les prête à des emprunteurs mondiaux. Dans le même temps, l'entreprise promet à l'investisseur financier d'échanger les produits dérivés sur demande contre un montant fixe d'une crypto-monnaie donnée, éventuellement indexée sur le dollar ou adossée à des dollars.

Le résultat est que si vous avez acheté des bitcoins ou d'autres crypto-monnaies, vous gagnez/perdez en suivant le taux de change de la crypto-monnaie dans votre portefeuille. En revanche, si vous avez acheté un produit dérivé, vous pouvez vous rendre compte qu'il n'est pas vraiment adossé à une quantité suffisante de crypto-monnaies ou que la garantie de convertibilité en dollars est pour le moins poreuse. Dans ce cas, le produit dérivé s'avère être quasiment sans valeur. C'est ce qui s'est passé au cours des derniers mois avec plusieurs dérivés de crypto-monnaies. Les sociétés émettant de tels produits sont très actives sur le marché et contribuent à rendre les actifs sous-jacents volatils, surtout si elles promettent des rendements stellaires, ce qui stimule la demande de crypto-monnaies et de crypto-dérivés. Si les produits dérivés sont mal garantis, les investisseurs sont effrayés dans les mauvais moments.

Un deuxième point essentiel est que les crypto-monnaies sont actuellement considérées à la fois comme un instrument spéculatif et une réserve de richesse, plutôt que comme un moyen de paiement pour les transactions ordinaires. Par exemple, plus de 60 % du total des bitcoins en circulation sont détenus dans des comptes ("portefeuilles") de plus de 100 bitcoins chacun, et sont rarement échangés sur le marché, si ce n'est pour ajuster les portefeuilles : fin juillet 2022, seuls quelque 250 000 bitcoins étaient échangés quotidiennement et il est probable que seule une petite partie concernait des transactions commerciales. En outre, les détenteurs de crypto-monnaies semblent avoir une vision à long terme. Par exemple, les "crevettes" et les "baleines" (comptes possédant respectivement moins de 1 et plus de 1 000 bitcoins chacun) ont profité de la récente liquidation pour acheter de grandes quantités de bitcoins.

Trois conclusions préliminaires en découlent :

  1. L'approche à long terme du détenteur typique de crypto-monnaies suggère que le projet de crypto-monnaies n'est pas une mort facile, et survit à une volatilité dramatique ;
  2. La volatilité a été alimentée par les dérivés de crypto-monnaies, dont l'activité a été amplifiée par la quantité relativement faible de crypto-monnaies échangées sur le marché ;
  3. Le krach de 2022 sur le marché des crypto-monnaies a touché le monde des produits dérivés, éliminant peut-être une source majeure de volatilité en tuant certains acteurs du marché, en frappant les spéculateurs à court terme et en offrant des opportunités aux investisseurs en crypto-monnaies à long terme.

Basé sur "rien" mais qui a de la valeur

Evidemment, les crypto-monnaies ne sont pas comme les actions et les obligations, qui sont soutenues par des promesses de flux de revenus futurs, parfois générés par la performance boursière d'une entreprise et parfois par un engagement gouvernemental à presser les contribuables. Au contraire, les crypto-monnaies sont des unités monétaires qui ne sont soutenues par rien et leur valeur dépend de leur crédibilité en tant que futur moyen de paiement pour acheter des biens, des services et d'autres moyens de paiement.

Les banquiers centraux et les décideurs politiques en général ne manquent pas une occasion d'avertir le public que les crypto-monnaies sont une arnaque. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a récemment déclaré que les crypto-monnaies ne sont "basées sur rien" (exact), ne "valent rien" (incorrect) et qu'une réglementation est nécessaire pour empêcher les investisseurs inexpérimentés de perdre tout l'argent qu'ils ont placé dans les crypto-monnaies (incorrect).

Ironiquement, les banquiers centraux proposent des monnaies numériques qui, selon la présidente Lagarde, sont "très différentes" des cryptomonnaies. Les monnaies numériques des banquiers centraux sont certainement différentes des crypto-monnaies basées sur la blockchain, mais pas pour la raison que Mme Lagarde a probablement en tête. La question clé est que les monnaies décentralisées avec un plafond d'offre élimineraient la notion même de politique monétaire et transformeraient les banquiers centraux en une agence régulant les banques commerciales et produisant des statistiques. Il est compréhensible que le monde des banques centrales ne soit pas enchanté par cette perspective.

En d'autres termes, les banquiers centraux ne sont pas hostiles aux crypto-monnaies parce qu'elles sont prétendument frauduleuses. Si fraude signifie "basé sur rien", alors tous les banquiers centraux devraient être traînés en justice. Leur hostilité vient plutôt du fait que l'acceptation généralisée des crypto-monnaies finira par saper les privilèges de la banque centrale, avec des répercussions, par exemple, sur le financement de l'endettement public.

About LT News

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore.