Simonne Brugghe

source: Wikipédia

Simonne Elodia Brugghe (Roulers, 16 décembre 1922 - Narangba (Australie), 27 juillet 1987) était une enseignante, résistante et soldat (au service de la Pologne) flamande-belge.

Simonne Brugghe est la fille d'Allard Michiel et d'Irma Vanmaele. Avec Alice, sa sœur jumelle, et deux autres frères et huit sœurs, elle a grandi à Roulers. Elle a obtenu son certificat d'enseignante à Tielt le 28 juin 1941, pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a ainsi obtenu un laissez-passer qui lui permet de franchir les lignes balisées, ce qui lui sera utile plus tard.

Par l'intermédiaire de ses parents, elle est entrée en contact avec la résistance. Le 2 septembre 1944, elle et son père ont rencontré un groupe d'officiers polonais. Au cours de cette réunion, Simonne se voit confier sa première mission : vérifier des informations sur les défenses allemandes à Roulers. On lui demande également de recueillir des renseignements précis sur le nombre et la puissance des armes des Allemands. Avec une ruse, elle a pu rassembler les renseignements nécessaires. La ville de Roulers est libérée par les armées polonaises du général Stanisław Maczek le 8 septembre.

Le 11 septembre 1944, Simonne Brugghe est nommée par le Collège échevinal comme enseignante intérimaire dans la section primaire de l'école de filles de la ville de Roulers. Un peu plus tard, le 12 décembre 1944, Simonne reçoit la Croix de la Bravoure, remise par le général polonais Maczek, lors d'une parade militaire sur la Grote Markt de Roulers. Cela n'a pas été apprécié par tout le monde à Roulers et a entravé sa carrière dans l'enseignement municipal.

Simonne Brugghe donne sa démission en mars 1945 et rejoint l'armée polonaise qui, contrairement à l'armée belge, admet les femmes. Elle s'est engagée dans la section "YMCA" de l'armée de libération polonaise. Là, elle est nommée "officier de liaison" auprès du Welfare et le restera jusqu'au départ de la division polonaise après la guerre. Elle a passé les premiers mois de son séjour dans l'armée à apprendre le polonais. Plus tard, en tant qu'agent de liaison, elle a organisé le soutien matériel aux personnes libérées des camps de concentration. Elle était responsable de l'approvisionnement en vêtements et en matériel. Pour transporter tout cela, elle avait un camion avec chauffeur. Après la démobilisation de l'armée polonaise, Simonne a présenté sa démission.

Après avoir cherché en vain du travail à Roulers, Simonne a décidé de se rendre à Londres. Elle y a trouvé un emploi de réceptionniste. Elle y a rencontré son mari, Patrick Crilly. Comme Patrick n'a pas trouvé immédiatement du travail en Angleterre, ils ont déménagé en Australie après leur mariage. C'est là que sont nés leurs deux enfants, Marie-Claire et Patrick. En 1982, Brugghe était encore honoré dans sa ville natale. Simonne est décédée en 1987 à Narangba, en Australie, des suites d'un problème cardiaque. Elle est enterrée au cimetière de Caboolture dans le Queensland, en Australie.

 

Do not fear protecting freedom!

In times of emergency, democratic citizens must not relinquish their freedom in exchange for the false assurance of safety from power-hungry leaders. The time has come to oppose the status quo and work to decentralize the system.

The majority of the upcoming year's predictions emphasize potential threats. Pessimism and risk have dominated contemporary public discourse. A lot of people in Europe worry that their kids won't have the same chances as they did. Simultaneously, politicians, the media, non-governmental organizations (NGOs), and technocrats are spreading the word that the End is close.

In their opinion, a sign that has joined the ranks of war, famine, plague, and death is climate change. Without a doubt, the climate has been altered, and it is also true that we must do everything in our power to eradicate pollution and waste. Still, we need to have more faith in our ability to adjust to changes in the environment and the weather.

The fear of the coronavirus has subsided, but we are now warned of much more devastating pandemics to come.

Unfortunately, war is an unavoidable fact of life. This rider has been with us since the dawn of humanity, several millennia ago, and will remain with us for the foreseeable future. Europe and the United States went a long time without war, while other parts of the world were in the middle of very violent wars. Now that war has once again erupted in Europe, it is evident that ignoring this reality has disastrous consequences. The Western nations have been so terrified of "militarism" and lulled to sleep by idealistic notions of global peaceful progress that they have failed to see the writing on the wall.

Those who fight against freedom

The media cultivate fear, even though the causes of economic instability and inflation receive relatively little commentary, while other perceived threats receive a great deal of attention. People who spread fear take advantage of the current situation to get more power and convince people that the government has all the answers. For people to feel like they are safer, they have to give up their freedom and civil rights.

A new category of public actors, activists, has recently emerged. An activist gets involved in a problem but doesn't offer a good solution, which can make it harder to solve the problem. Most of the time, these people aren't very good at their jobs or careers, but they often rant in public at international conferences. They shut down roads, occupied government buildings, and behaved hostilely, even viciously, toward those they perceived as political opponents. Some activists intentionally cause property damage—most recently by attaching themselves to expensive art in museums—and then have the audacity to claim they are doing so for a noble cause. The haughty statements of celebrity activists like Greta Thunberg, on the other hand, do not contribute to the search for viable solutions. On the contrary, they want to instill terror. And that is exactly what is intended because terrified people are more easily manipulated into giving up their rights and freedoms.

The hysteria generated by the COVID-19 epidemic among politicians, publicity-seeking scientists, and the media is another example of this confusion. The threats posed by the newly discovered virus, particularly its initial mutations, were to be taken very seriously. However, amid the panic generated, states, supranational bodies, and non-governmental organizations (NGOs) did everything they could to arrogate additional powers to themselves.

 At each G20 summit, it is evident that new methods of exercising global authority over people are being developed. Nationally and internationally, there is an abundance of centralization initiatives, each of which is presented as a solution to a problem. All they represent is a push for more power. Currently, citizens and businesses are confronted with a deluge of laws and regulations that restrict their actions and limit their freedom of choice.

Identity elite

In centralized systems, the distance between leaders and citizens increases, while accountability and transparency decrease, thereby creating a more conducive environment for technocratic bureaucracy. In democracies, the media, the fourth estate, does not address this issue. They are pleased to applaud an all-powerful state and its "solutions" that are fabricated.

 Many media titans prefer to play along because the system suits them. On the other hand, citizens should not fear and continue to fight for the cause of their freedom. Civil society in Europe and the United States remains robust, and it is hoped that it will respond decisively to the excesses of the state and pressure groups.

 Justified opposition is often characterized as radical and irrational, further marginalizing it. Despite this, we have already seen an increase in civil disobedience during the coronavirus pandemic. These protestors were not all deranged; many were well-informed citizens who were justifiably displeased with the government's argumentation. Governments imposed ostensibly scientific, often draconian measures while refusing to accept responsibility for their consequences. They were unable to provide a convincing scientific justification in the end.

Action.

As a result, freedom, and prosperity are endangered. Weakness and being reduced to dissatisfied protests, as well as being depressed by climate, diseases, war, and radicalism, are not viable solutions. Today, we must be confident and brave to face challenges. Our confidence is high as a result of the private sector's development of pragmatic solutions for clean energy and recycling, as well as the success of our medical research. Keep in mind the many signs that young people in Europe are becoming more optimistic.

 Decentralization is the method for revitalizing our market economy, fortifying our democracy, and fortifying our social systems. It makes politics more accessible to the general public. Experimentation has demonstrated that democracies operate most effectively in a decentralized, highly accountable setting. We must abandon our fear- and overregulation-based comfort zones.

 We should begin employing all the constitutional and legal tools at our disposal to combat laws and regulations that are unjust, illogical, harmful to people, or restrict our liberty. It facilitates citizen participation in politics. Experimentation has demonstrated that democracies operate most effectively in a decentralized, highly accountable setting. We need to leave our comfort zone of fear and overregulation.

 It is high time we utilized all the constitutional and legal tools available to us to challenge unconstitutional, unrealistic, harmful, and freedom-restrictive laws and regulations. Being legally correct but failing is not an option; there may be instances in which civil disobedience is not only justifiable but essential.

 

 

Les risques de négliger la Turquie

Par Rafiek Madani

L'Occident refuse de reconnaître que la Turquie a des intérêts stratégiques propres en Méditerranée orientale et, ce faisant, risque de s'aliéner un allié crucial.

Le voisinage sud-est de l'Europe - la Méditerranée orientale, la région de la mer Noire et le Caucase - est depuis longtemps une arène où les principaux acteurs géopolitiques se disputent l'influence. Et la Turquie se trouve au centre de ce nœud crucial.

Cela place Ankara devant des défis et des responsabilités majeurs. Les États-Unis, l'Union européenne, l'OTAN et la Russie ont tous des intérêts stratégiques dans la région, et d'autres acteurs importants comme Israël, l'Égypte et la Grèce ont également beaucoup d'enjeux.

Ces tensions géopolitiques régionales se produisent également en même temps que celles de plusieurs autres minorités, en plus d'un certain nombre de points chauds de conflit où les intérêts des minorités légitimes, comme ceux des Kurdes et des Palestiniens, sont fréquemment ternis par l'activité à caractère terroriste. Les luttes intestines font rage au Liban, en Libye et en Syrie. Des attentats à la bombe ont lieu régulièrement en Irak. Dans le Caucase, la situation entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie reste volatile malgré la fin de la guerre. Il existe toujours un conflit gelé entre la Géorgie et la Russie au sujet de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Tous ces problèmes sont liés entre eux, et la liste est encore longue.

Bien entendu, le principal conflit qui touche la région est la guerre totale menée par la Russie contre l'Ukraine. Outre les terribles pertes subies par la population ukrainienne, cette invasion a donné lieu à plusieurs défis politiques et économiques mondiaux.

Tous ces sujets brûlants se déroulant dans le voisinage immédiat de l'Europe, il est essentiel de comprendre la position et les intérêts du pays qui se trouve au centre névralgique de la région : la Turquie.

Anciennes relations et rivalités

À l'intersection de l'Europe et de l'Asie, la Turquie, incontestablement la nation la plus puissante de la Méditerranée orientale, garde l'entrée de la mer Noire depuis la Méditerranée par les Dardanelles et le Bosphore. Elle relie l'Europe au Caucase, à la mer Noire et au Moyen-Orient.

Jadis les Ottomans, qui régnait sur une grande partie du Moyen-Orient et des portions de l'Europe du Sud-Est, a été complètement détruit à la fin de la Première Guerre mondiale. Il a ensuite été divisé en un certain nombre de nouvelles entités et de protectorats coloniaux, principalement par le Royaume-Uni et la France. Des États artificiels sont ainsi nés. La France, le Royaume-Uni, l'Italie et la Grèce ont divisé le territoire de l'actuelle Turquie en quatre zones d'occupation. Une armée nationale turque a ensuite vaincu les forces d'occupation sous la direction de Mustafa Kemal Bacha, connu sous le nom d'Ataturk, ce qui a conduit à la fondation de l'État turc moderne. Selon les modèles français et italien, la Turquie devait être une entité laïque et nationale, avec une seule nation et une seule langue.

Après la Seconde Guerre mondiale, alors que l'Union soviétique s'affirmait, la Turquie a rejoint l'OTAN et est restée depuis l'un des principaux alliés de l'organisation. Bien qu'elles n'aient pas lieu en réalité, les négociations théoriques en vue de l'adhésion à l'UE se poursuivent.

L'Empire russe et l'Union soviétique, dont l'expansion dans la mer Noire, les Balkans et le Caucase a déclenché plusieurs guerres au cours des 300 dernières années, ont entretenu des relations tendues avec les Ottomans et la république turque qui a suivi. Dans le conflit actuel, il est crucial pour la sécurité de la Turquie de maintenir l'intégrité territoriale de l'Ukraine et d'empêcher la Russie d'entrer en Crimée.

Le président Recep Tayyip Erdogan a pu négocier la libération des cargaisons de céréales ukrainiennes d'un blocus russe sur la mer Noire grâce à la solide présence militaire de la Turquie, que Moscou respecte. Le récent conflit du Haut-Karabakh a constitué un autre exemple des prouesses militaires de la Turquie, puisque le soutien turc à l'Azerbaïdjan lui a permis de vaincre l'Arménie, soutenue par Moscou. Ankara apprécie la préservation de l'indépendance de la Géorgie et la réduction de l'influence russe au Moyen-Orient, notamment en Syrie. Toutefois, en raison de sa dépendance à l'égard de l'énergie et du commerce russes, la Turquie doit continuer à entretenir de bonnes relations avec la Russie.

En outre, la Turquie et la Grèce entretiennent des relations conflictuelles, ce qui pose problème dans le cadre des relations avec l'UE. La Grèce a commis l'erreur d'occuper le territoire turc après la Première Guerre mondiale, aux côtés du Royaume-Uni et de la France. Cela a déclenché une violente réaction et, après que la Turquie a recouvré son indépendance, de nombreux Grecs d'Anatolie - dont la plupart vivaient au bord de la mer Égée - ont été chassés et maltraités en représailles. Les relations entre les deux nations sont depuis lors tendues, notamment en raison de deux problèmes : le nord de Chypre et les eaux territoriales.

Ankara conteste la division des zones économiques exclusives actuellement reconnue par l'ONU, ce qui donne un avantage considérable à la Grèce. Techniquement parlant, la revendication territoriale de la Turquie est limitée car les îles se voient accorder plus d'eaux territoriales que les continents. L'état des relations avec l'UE a été entravé par cette question non résolue, qui a été aggravée par la manière dont Bruxelles et d'autres capitales européennes ont traité la Turquie.

L'agitation politique qui a également entraîné l'engagement militaire de la Turquie au Moyen-Orient, notamment en Irak et en Syrie, présente des difficultés supplémentaires pour le pays. Ankara a des liens anciens avec l'Afrique du Nord, en particulier l'Égypte et la Libye, ainsi que des intérêts dans l'océan Indien.

Inquiétudes d'Ankara

Les citoyens turcs d'ascendance kurde sont entre 15 et 20 millions, soit environ 20 % de la population totale. N'ayant pas eu d'État depuis des siècles, les Kurdes, une ethnie composée de nombreux sous-groupes, sont aujourd'hui dispersés dans l'est de la Turquie, le nord de la Syrie, l'ouest de l'Iran et le nord de l'Irak. La population kurde a été divisée selon les lignes coloniales tracées par les Français et les Britanniques.

Bien que la langue kurde ait été discriminée par la politique de la langue unique de Kemal Ataturk, les Kurdes eux-mêmes n'ont pas été opprimés. Dans les années 1960 et 1970, les campagnes soviétiques de désinformation et de dénigrement ont alimenté l'opposition kurde et conduit à l'émergence de certaines organisations terroristes. L'objectif était de déstabiliser un allié important de l'OTAN. L'antagonisme s'est accru en raison de cette stratégie. Les groupes kurdes du nord de la Syrie qui combattaient auparavant Daesh avec l'aide des Américains ont maintenant établi leur propre bloc territorial. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe terroriste radical d'origine turque, est soutenu par leurs dirigeants. Le groupe figure sur les listes de surveillance des terroristes de l'UE et des États-Unis. Il est regrettable que les demandes légitimes des Kurdes de voir leur ethnicité reconnue soient frustrées par les activités terroristes d'un petit groupe. On trouve des minorités kurdes dans de petites villes de l'ouest de la Turquie ainsi qu'en divers endroits de l'Anatolie orientale. La Turquie veut surveiller un "cordon sanitaire" de 30 km à l'intérieur de la Syrie du Nord pour se protéger de cette menace, qui a suscité la colère de nombreuses autres puissances.

L'Europe et les États-Unis pensent à tort qu'Ankara doit soutenir leurs objectifs lorsqu'ils traitent avec la Turquie. Cependant, la Turquie a également d'autres préoccupations justifiées, et en se défendant, elle aide l'Occident en maintenant la stabilité régionale.

Les actions entreprises par la Turquie en Syrie sont logiques du point de vue de la lutte contre le terrorisme. Afin de maintenir l'intégrité territoriale de l'Ukraine et de limiter l'influence russe dans le Caucase, la Turquie a apporté des contributions cruciales. Si l'approche d'Ankara diverge parfois de celle de l'Occident, elle s'avère également plus efficace.

Les membres de l'OTAN ont critiqué la Turquie sur un certain nombre de fronts. L'un d'eux est l'acquisition du système de défense aérienne S-400 auprès de la Russie. Le problème est qu'Ankara a besoin d'une certaine indépendance stratégique pour protéger ses intérêts. Sa flexibilité serait limitée si elle dépendait totalement de la technologie occidentale, surtout si elle ne pouvait pas contrôler le logiciel. Elle a élaboré une industrie de défense florissante pour préserver son indépendance. Comme l'Occident néglige fréquemment les intérêts turcs, Ankara doit parfois recourir à des tactiques qui sont perçues comme du chantage mais qui ne visent en fait qu'à préserver les intérêts nationaux. C'est ce qui s'est produit lorsque la Suède et la Finlande ont été empêchées d'adhérer à l'OTAN jusqu'à ce que ces pays cessent d'offrir un sanctuaire aux terroristes du PKK.

Grâce à ses activités économiques, la Turquie a considérablement accru son influence en Afrique. En plus de jouer éventuellement un rôle important en Asie centrale, elle a la capacité de stabiliser le Moyen-Orient. Elle est d'une importance vitale pour l'Occident. Pourtant, les États-Unis et l'UE ne tiennent pas compte des intérêts turcs et dénigrent fréquemment la nation sur la scène mondiale. Cela se retournera contre eux.

Le président Erdogan est un réaliste pur et dur. Par conséquent, il modifie fréquemment ses politiques. La politique turque est considérée comme imprévisible par de nombreux commentateurs, mais elle est rationnelle et motivée par les intérêts nationaux. On ne peut toutefois pas en dire autant de la politique économique. Malheureusement, bien que l'économie ne soit pas faible en soi, l'inflation est hors de contrôle et la valeur de la livre turque a récemment chuté de manière significative.

Sans la Turquie, la sécurité et les intérêts de l'Europe seront constamment remis en question. S'ils faisaient l'effort de comprendre Ankara, les Européens seraient récompensés par un voisinage immédiat plus sûr et plus stable.

 

L'avenir des crypto-monnaies

Article rédigé par Rafiek Madani 

Alors que la crypto-monnaie la plus populaire, le bitcoin, perd de sa valeur, ses défenseurs sont découragés. Mais la crypto est là pour rester, tandis que la réglementation et la taxation sont probablement à venir.

Les crypto-monnaies ont subi un coup dur au cours des derniers mois. Par exemple, le taux de change dollar américain/Bitcoin est passé de près de 70 000 dollars début novembre 2021 à moins de 20 000 dollars fin juin et, malgré des hauts et des bas, a plongé à 19 733 dollars le 15 septembre.

Historiquement, le bitcoin - de loin la forme la plus populaire de crypto-monnaie - a été une réussite pour ceux qui l'ont acheté : le taux de change par rapport au dollar était inférieur à 3 000 dollars il y a cinq ans. Pourtant, de nombreux défenseurs du bitcoin ont été déçus à deux égards. Cette crypto-monnaie n'a pas réussi à devenir un moyen de paiement généralisé et s'est révélée être une mauvaise défense du pouvoir d'achat en période d'incertitude et d'inflation. Cette situation est surprenante. L'offre de bitcoin est limitée à 21 millions d'unités. Comme plus de 19 millions d'unités, soit 90 %, ont déjà été émises ("minées"), la plupart des gens s'attendaient à ce que ce plafond entraîne une hausse constante de son prix libellé en dollars.

Quel est l'avenir ?

Pour définir les scénarios futurs des crypto-monnaies, il peut être utile de considérer ce qui s'est passé dans le passé et de clarifier quelques points clés. Premièrement, le monde de la blockchain se compose de crypto-monnaies et de crypto-dérivés. Par exemple, le bitcoin est une crypto-monnaie tandis que les monnaies stables Tether et TerraUSD sont des crypto-dérivés. Ces derniers sont "dérivés" des crypto-monnaies et/ou rattachés à une monnaie largement reconnue et centralisée, comme le dollar. Pour faire simple, un investisseur financier distribue des dollars à une entreprise et reçoit en retour un produit dérivé. L'entreprise convertit les dollars en crypto-monnaies et les prête à des emprunteurs mondiaux. Dans le même temps, l'entreprise promet à l'investisseur financier d'échanger les produits dérivés sur demande contre un montant fixe d'une crypto-monnaie donnée, éventuellement indexée sur le dollar ou adossée à des dollars.

Le résultat est que si vous avez acheté des bitcoins ou d'autres crypto-monnaies, vous gagnez/perdez en suivant le taux de change de la crypto-monnaie dans votre portefeuille. En revanche, si vous avez acheté un produit dérivé, vous pouvez vous rendre compte qu'il n'est pas vraiment adossé à une quantité suffisante de crypto-monnaies ou que la garantie de convertibilité en dollars est pour le moins poreuse. Dans ce cas, le produit dérivé s'avère être quasiment sans valeur. C'est ce qui s'est passé au cours des derniers mois avec plusieurs dérivés de crypto-monnaies. Les sociétés émettant de tels produits sont très actives sur le marché et contribuent à rendre les actifs sous-jacents volatils, surtout si elles promettent des rendements stellaires, ce qui stimule la demande de crypto-monnaies et de crypto-dérivés. Si les produits dérivés sont mal garantis, les investisseurs sont effrayés dans les mauvais moments.

Un deuxième point essentiel est que les crypto-monnaies sont actuellement considérées à la fois comme un instrument spéculatif et une réserve de richesse, plutôt que comme un moyen de paiement pour les transactions ordinaires. Par exemple, plus de 60 % du total des bitcoins en circulation sont détenus dans des comptes ("portefeuilles") de plus de 100 bitcoins chacun, et sont rarement échangés sur le marché, si ce n'est pour ajuster les portefeuilles : fin juillet 2022, seuls quelque 250 000 bitcoins étaient échangés quotidiennement et il est probable que seule une petite partie concernait des transactions commerciales. En outre, les détenteurs de crypto-monnaies semblent avoir une vision à long terme. Par exemple, les "crevettes" et les "baleines" (comptes possédant respectivement moins de 1 et plus de 1 000 bitcoins chacun) ont profité de la récente liquidation pour acheter de grandes quantités de bitcoins.

Trois conclusions préliminaires en découlent :

  1. L'approche à long terme du détenteur typique de crypto-monnaies suggère que le projet de crypto-monnaies n'est pas une mort facile, et survit à une volatilité dramatique ;
  2. La volatilité a été alimentée par les dérivés de crypto-monnaies, dont l'activité a été amplifiée par la quantité relativement faible de crypto-monnaies échangées sur le marché ;
  3. Le krach de 2022 sur le marché des crypto-monnaies a touché le monde des produits dérivés, éliminant peut-être une source majeure de volatilité en tuant certains acteurs du marché, en frappant les spéculateurs à court terme et en offrant des opportunités aux investisseurs en crypto-monnaies à long terme.

Basé sur "rien" mais qui a de la valeur

Evidemment, les crypto-monnaies ne sont pas comme les actions et les obligations, qui sont soutenues par des promesses de flux de revenus futurs, parfois générés par la performance boursière d'une entreprise et parfois par un engagement gouvernemental à presser les contribuables. Au contraire, les crypto-monnaies sont des unités monétaires qui ne sont soutenues par rien et leur valeur dépend de leur crédibilité en tant que futur moyen de paiement pour acheter des biens, des services et d'autres moyens de paiement.

Les banquiers centraux et les décideurs politiques en général ne manquent pas une occasion d'avertir le public que les crypto-monnaies sont une arnaque. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a récemment déclaré que les crypto-monnaies ne sont "basées sur rien" (exact), ne "valent rien" (incorrect) et qu'une réglementation est nécessaire pour empêcher les investisseurs inexpérimentés de perdre tout l'argent qu'ils ont placé dans les crypto-monnaies (incorrect).

Ironiquement, les banquiers centraux proposent des monnaies numériques qui, selon la présidente Lagarde, sont "très différentes" des cryptomonnaies. Les monnaies numériques des banquiers centraux sont certainement différentes des crypto-monnaies basées sur la blockchain, mais pas pour la raison que Mme Lagarde a probablement en tête. La question clé est que les monnaies décentralisées avec un plafond d'offre élimineraient la notion même de politique monétaire et transformeraient les banquiers centraux en une agence régulant les banques commerciales et produisant des statistiques. Il est compréhensible que le monde des banques centrales ne soit pas enchanté par cette perspective.

En d'autres termes, les banquiers centraux ne sont pas hostiles aux crypto-monnaies parce qu'elles sont prétendument frauduleuses. Si fraude signifie "basé sur rien", alors tous les banquiers centraux devraient être traînés en justice. Leur hostilité vient plutôt du fait que l'acceptation généralisée des crypto-monnaies finira par saper les privilèges de la banque centrale, avec des répercussions, par exemple, sur le financement de l'endettement public.

Les dangers des légendes et de la moralisation

 

De Rafiek Madani

Partout dans le monde, les élites s'attachent dangereusement au dogmatisme de leurs visions politiques du monde, au lieu de trouver la tolérance pour d'autres valeurs.

Les dirigeants de chaque pays élaborent un discours mêlant réalité et fiction, adapté à leurs opinions et à leurs objectifs. Généralement, ces récits divisent les gens entre le bon "nous" et le mauvais "eux". Bien qu'ils puissent être des outils précieux, il est dangereux de croire ces récits avec trop d'enthousiasme. Malheureusement, c'est exactement le piège dans lequel tombent la plupart des gens.

La Russie et la Chine utilisent actuellement des ressources considérables pour faire avancer leurs propres visions du monde. L'Occident - principalement les États-Unis et l'Europe - a ses propres versions, tout comme d'autres pays, notamment ceux du Sud.

À Moscou, le récit prédominant se délecte de la prétendue grandeur passée de la Russie, mais revendique également le statut de victime aux mains des Occidentaux fourbes. Napoléon et Hitler sont des exemples de dirigeants qui ont finalement été vaincus par la Russie (mais pas seuls). L'histoire fait revivre les vieilles revendications russes sous une nouvelle forme.

Les ambitions panslaves de la Russie au XIXe et au début du XXe siècle ont été l'un des principaux déclencheurs de la Première Guerre mondiale. De même, l'Église orthodoxe russe considère Moscou comme la "troisième Rome". Tout cela oblige la Russie à empêcher toute autre puissance de s'approcher trop près de ses frontières et l'a entraînée dans une guerre désastreuse et autodestructrice en Ukraine.

Depuis des millénaires, la Chine revendique un rôle hégémonique en Asie. Sa faiblesse face aux puissances européennes au XIXe siècle représente encore un énorme traumatisme. À l'intérieur du pays, les dirigeants poursuivent une politique de "hanisation", qui consiste à déplacer la majorité des Chinois de l'ethnie Han vers diverses régions afin de dépasser progressivement en nombre les minorités qui y vivent. Le récit dominant suit la doctrine de l'intégralité de la Chine, qui inclut le salut par le marxisme à la chinoise.

Dans cette idéologie, il n'y a pas de place pour un Taïwan indépendant ou une autonomie pour les minorités telles que les Tibétains et les Ouïgours. Il n'y a pas non plus de tolérance pour les religions, en particulier l'islam ou le christianisme, qui sont considérés comme des vestiges du colonialisme européen. Selon cette conception, croire en Dieu met en péril le credo du "salut" marxiste, qui a un statut quasi religieux.

Ce mélange puissant de traditions nationales et d'idéologie marxiste a été brassé pour légitimer le pouvoir du régime représenté par le Parti communiste chinois. Il a également servi de prétexte au président Xi Jinping pour renforcer son emprise sur le pouvoir et modifier les politiques plus prudentes de Deng Xiaoping et de ses successeurs.

Pour être à la hauteur de ce récit, Pékin doit maintenant étendre ses aspirations hégémoniques, tant sur le plan national qu'idéologique. Les sociétés libres sont une abomination, faisant de la civilisation occidentale - en particulier des États-Unis - l'ennemi. Selon le point de vue chinois, l'ordre international fondé sur des règles n'est qu'un outil au service de la domination mondiale des États-Unis. Les dirigeants chinois prétendent vouloir un monde multipolaire - mais si nous lisons entre les lignes, nous voyons qu'ils veulent en réalité surpasser et remplacer la superpuissance américaine. Le discours du président Xi lors du 20e Congrès national du PCC en octobre était une sorte de "déclaration de guerre" contre les sociétés occidentales libres.

Pour l'Occident, le récit est moins cohérent, mais les élites continuent de promouvoir une vaste histoire de conflit entre autoritarisme et démocratie. Comme toutes les histoires efficaces, il y a une part de vérité, mais la réalité n'est pas aussi simple qu'on voudrait nous le faire croire.

Les pays occidentaux ne sont pas à l'abri des illusions, en particulier celles fondées sur la supériorité morale. Elles nous font nous sentir bien. Nous sommes les héros, avec nos systèmes de démocratie libérale, qui luttent contre les méchants autoritaires. Ce récit nous offre une validation et un sentiment de sécurité.

Est-ce que la guerre est au tournant ?

de Rafiek Madani

Les Occidentaux sont nombreux à ne pas se rendre compte que les dirigeants chinois signalent explicitement leur intention de prendre Taïwan par la voie de la force.

Dans le monde occidental et surtout en Europe, nombreux sont ceux qui évoquent les raisons pour lesquelles Pékin n'utilisera pas la force pour mettre Taïwan sous son contrôle. Les commentateurs s'accrochent à l'illusion que le président Xi Jinping est moins nationaliste et plus rationnel que le dirigeant russe Vladimir Poutine, et qu'il ne risquera donc pas une escalade et un conflit ouvert avec les États-Unis.

Est-ce effectivement le cas ?

Vérification des faits

Taïwan est une île située au large de la côte chinoise, dans le Pacifique occidental, qui compte quelque 24 millions d'habitants. Elle possède une économie hautement sophistiquée et productive. C'est le principal fournisseur mondial de microprocesseurs. Son principal partenaire commercial est de loin la Chine continentale.

Mao Zedong, le premier dirigeant communiste de la Chine, revendiquait déjà Taïwan après que l'ancien président Chiang Kai-Shek et son armée se soient réfugiés sur l'île en 1949. Jusqu'en 1971, Taïwan a été considéré comme le seul représentant légitime de l'État chinois par les Nations unies.

Après la mort de Mao, Deng Xiaoping - grand réformateur et ingénieur de la réussite économique de la Chine - a inventé le principe "un pays, deux systèmes" pour intégrer progressivement Macao, Hong Kong et Taïwan. Hong Kong et Macao ont été intégrés avec succès dans le cadre des deux systèmes, avec des avantages pour les deux parties. Taïwan, cependant, a défendu sa souveraineté et son système. Plus récemment, le président Xi a supprimé le principe des "deux systèmes" à Hong Kong.

M. Xi a bouleversé la trajectoire initiée par Deng Xiaoping : acquérir force, puissance et prospérité tout en gardant un profil politique bas. L'objectif était de stimuler l'économie et la technologie tout en améliorant les relations internationales et les capacités de défense. Désormais, le nouveau dirigeant se concentre sur le pouvoir, le nationalisme et l'idéologie communiste. Il a supprimé la limite de 10 ans pour son mandat, introduit des conférences sur ses déclarations et ses opinions dans les écoles, et restreint l'enseignement de l'anglais. Ces politiques s'avéreront très probablement préjudiciables à long terme. La préférence actuelle du Parti communiste chinois (PCC) pour une plus grande intervention de l'État dans l'économie et des privilèges supplémentaires pour les entreprises publiques se retournera certainement contre lui. Toutefois, cela peut aider Pékin à atteindre ses objectifs politiques à court terme.

Objectif militaire 

Pour le PCC, la modernisation de la défense et du secteur naval est une priorité absolue. Depuis quelques années, le président Xi augmente la pression sur Taïwan. Le Comité central du PCC a récemment publié un nouveau livre blanc intitulé "La question de Taïwan et la réunification de la Chine dans la nouvelle ère." Ce document se lit comme une stratégie officielle.

Il a été présenté par le porte-parole du parti comme suit : "Le rajeunissement national de la Chine étant devenu une fatalité historique, nous disposons désormais de meilleures conditions, d'une plus grande confiance et de plus grandes capacités pour réaliser la réunification nationale. Alors que la Chine s'engage dans un nouveau voyage pour construire un pays socialiste moderne à tous égards, il est nécessaire de publier un nouveau livre blanc sur la réunification nationale."

La formulation "inévitabilité historique" envoie un message très fort, sans possibilité de faire marche arrière.

Dans les documents officiels précédents, la réunification avec Taïwan était décrite comme un processus pacifique. L'option "un pays, deux systèmes" était envisagée (le bien-fondé de cette option est aujourd'hui remis en question). Il n'était pas question de présence militaire et une administration indépendante était envisagée. Cette position est complètement renversée par ce livre blanc, qui expose clairement que l'occupation militaire est justifiée si la réunification ne peut être réalisée autrement. Le nationalisme est un thème clé, et les mots "un seul sang" sont utilisés pour décrire les liens entre Taïwan et le continent.

En fait, le président Xi se retrouve aujourd'hui dans la position partiellement auto-infligée de devoir "réintégrer" l'île. Trouver un moyen de reprendre cet objectif serait difficile, étant donné la mesure dans laquelle son gouvernement a endoctriné le peuple et l'élite politique.

Et il existe d'autres raisons qui pourraient contraindre Beijing à agir par la force. La Chine est empêchée d'accéder à l'océan Pacifique ouvert par ce que l'on appelle l'anneau de défense américain, formé par la Corée du Sud et le Japon au nord, en passant par Okinawa, Taïwan, les Philippines et le Vietnam au sud. Ces pays sont tous des alliés des États-Unis - à l'exception du Vietnam, mais Hanoi collabore étroitement avec Washington pour contenir Beijing. 

Si la Chine a l'intention de défier l'hégémonie américaine - et elle a clairement l'intention de le faire - elle devra percer cet anneau. La prise de Taïwan servirait cet objectif. Une invasion chinoise de Taïwan serait considérée par Washington comme une menace majeure pour la côte ouest des États-Unis.

Le monde se fragmente en raison de cette rivalité. La Chine freine le tourisme. Son plan clairvoyant de mise en œuvre d'une économie circulaire pourrait aussi se doubler d'une économie de guerre. Dans le sud du monde ainsi qu'en Asie centrale, la Chine accroît son influence, non seulement en termes de présence économique et diplomatique, mais aussi de puissance navale et militaire. La Russie, désormais isolée sur la scène mondiale, est devenue très proche du camp chinois.

En tant que premier fournisseur mondial de puces électroniques, Taïwan est un prix attractif, surtout à court terme. Les États-Unis et l'Europe ont finalement compris qu'une dépendance étrangère à l'égard d'un approvisionnement aussi critique pourrait s'avérer désastreuse, et ils élaborent des plans pour stimuler la production nationale. Mais cela pourrait inciter la Chine à agir plus tôt que tard, d'autant plus qu'elle dépend elle aussi de ces approvisionnements.

L'Europe se concentre actuellement sur l'Ukraine, ce qui est compréhensible. Une guerre à propos de Taïwan aurait une dimension mondiale et exigerait toute l'attention des États-Unis. À Washington, l'Ukraine est considérée comme un conflit plutôt local. Les pays européens doivent se préparer. Si un conflit éclate dans le Pacifique, la charge de soutenir l'Ukraine sera déplacée. Les États-Unis attendront de Berlin, Paris, Londres et d'autres qu'ils interviennent.

La "fin de l'histoire" et l'avenir démocratique mondial pacifique de Francis Fukuyama se sont révélés être des illusions. Le "choc des civilisations" de Samuel Huntington semble l'emporter.

 

La France doit impérativement revoir sa politique africaine

Par Rafiek Madani

Un nombre croissant de pays africains rompent les liens sécuritaires qu'ils entretenaient depuis longtemps avec la France, car ils sont déçus de la façon dont Paris traite les questions importantes pour le continent.

En 2022, l'Afrique a tourné le dos à la France. Les pays africains ont coupé les liens de longue date avec Paris, se tournant plutôt vers le Commonwealth dirigé par la Grande-Bretagne. Les populations locales ont organisé des manifestations pour demander le départ des troupes françaises et réclamer des commandos russes Wagner à la place.

Parallèlement, d'autres puissances mondiales tentent d'accroître leur influence sur le continent africain. La Turquie se mobilise pour réaliser des travaux d'infrastructure à des prix très compétitifs. Des entreprises turques ont construit le nouvel aéroport de Dakar. La Chine investit dans la plupart des pays africains via des institutions financières créées à cet effet, notamment l'Exim Bank et la China Development Bank. Le Brésil, l'Inde et le Pakistan tentent également de développer des liens économiques plus étroits avec les pays africains.

Des erreurs importantes

La France a perdu les relations privilégiées qu'elle avait il y a 30 ans. C'est le résultat de la libéralisation des mouvements et des échanges, mais aussi le résultat de maladresses et d'erreurs graves de la part des autorités françaises - par exemple, le discours désastreux de l'ex-président Nicolas Sarkozy en 2007, dans lequel il déclarait que "l'Africain n'est pas complètement entré dans l'histoire...".

Discours de Sarkozy 2007 

Plus récemment, le président Emmanuel Macron en a été réduit à discuter de l'avenir de l'Afrique avec des associations et des étudiants à Montpellier au lieu de le faire avec des chefs d'État africains. Pendant longtemps, les sommets Afrique-France ont été la plateforme traditionnelle où tous les présidents d'Afrique francophone rencontraient le président français, où des relations se tissaient entre les participants et où des questions brûlantes pouvaient être discutées et des solutions trouvées. Ces rencontres privilégiées sont aujourd'hui révolues.

Une grave erreur a été commise lors du printemps arabe de 2011 avec l'intervention en Libye, organisée par l'ancien président Sarkozy contre l'avis des dirigeants africains, qui a conduit au renversement et à la mort du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Ce bouleversement a provoqué une anarchie totale en Libye. Les soldats touaregs armés qui avaient été mobilisés par Kadhafi sont retournés dans la région du Sahel et ont rejoint les mouvements terroristes ou rebelles.

C'est également une erreur d'avoir permis à une ancienne ministre des affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, d'être nommée secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Le Rwanda a renoncé au français comme première langue, a rejoint le Commonwealth et mène depuis plus de 20 ans une campagne de propagande acharnée contre l'armée française. 

 

Pourquoi la lutte contre l'inflation ne sera pas facile en Europe

by Rafiek Madani

Des dépenses publiques excessives en réponse à une quelconque "crise" et des politiques monétaires inadéquates maintiendront l'inflation à un niveau inutilement élevé.

Un regard sur la politique économique en Europe aujourd'hui offre un tableau sombre et plutôt déroutant. Alors que l'inflation grimpe depuis des mois et frôle désormais les 10 % dans la zone euro (et atteint des niveaux sans précédent de plus de 20 % dans certains États membres), le taux directeur de la Banque centrale européenne n'est passé au-dessus de zéro qu'en septembre de cette année. Jusque-là, il avait tourné au ralenti en territoire négatif pendant près de dix ans.

Et il n'y a pas que la zone euro. Les pays de l'Union européenne non membres de l'euro connaissent également une inflation remarquablement élevée. Dans aucun d'entre eux, le taux directeur ne dépasse le taux d'inflation actuel. Les taux d'intérêt réels (le taux de la banque centrale moins l'inflation) restent donc négatifs dans de nombreux pays européens, plus encore que pendant la pandémie.

Les gouvernements, à quelques exceptions notables près, continuent pendant ce temps à accumuler de nouvelles dettes. Les ratios de la dette par rapport au produit intérieur brut (PIB) sont comparables à ceux de la fin de la Seconde Guerre mondiale, non seulement en Europe, mais dans l'ensemble du monde développé.

Quiconque regarde ce tableau uniquement à travers le prisme des manuels de macroéconomie secouerait probablement la tête d'un air incrédule. Mais l'économie seule ne suffit pas pour comprendre où nous en sommes aujourd'hui. Au contraire, la connaissance de l'économie peut paradoxalement faire obstacle.

Quand les règles ne fonctionnent pas

Au début du processus d'approfondissement de l'intégration économique et monétaire européenne, les futurs membres de la zone euro ont adopté un ensemble de règles destinées à freiner la prodigalité budgétaire des hommes politiques. Pour garantir la discipline, les déficits et les dettes publics ont été plafonnés à 3 % et 60 % respectivement.

Ces règles relativement simples ont été élaborées en 1997 et appelées Pacte de stabilité et de croissance. Elles visaient principalement à assurer la "prédominance de la politique monétaire", c'est-à-dire une situation dans laquelle le processus décisionnel de la banque centrale en matière de taux d'intérêt et de taux de change n'est pas paralysé par la politique budgétaire irresponsable des gouvernements et où les problèmes d'endettement dans une partie de la zone euro n'empêchent pas la stabilisation des autres parties et ne se propagent pas facilement d'un voisin à l'autre.

Il est cependant vite apparu que tout ne serait pas si simple. Comment des règles aussi strictes et restrictives peuvent-elles être appliquées entre États souverains ? Avec beaucoup de difficultés.

Des analyses ont montré que le respect des règles budgétaires n'était que d'environ 50 % entre 1998 et 2019. Et ce score exclut les années de la pandémie de Covid-19, pendant lesquelles les principales règles de politique budgétaire ont été désactivées dans toute l'UE.

Aucune révision des règles initiales (les réformes "six-pack" et "two-pack"), aucun renforcement des mécanismes d'application et aucune tentative de réécrire les règles pour les rendre plus cohérentes avec la logique du cycle économique n'ont conduit à un meilleur respect des règles. Qui plus est, ces changements ont rendu les règles si complexes que même ceux qui sont censés les appliquer ne les comprennent plus. C'est une autre raison pour laquelle la volonté de les suivre a diminué.

Cela a bien sûr un impact fondamental. Les experts en politique monétaire et fiscale savent très bien que la contagion de l'irresponsabilité va presque toujours du gouvernement à la banque centrale, et non l'inverse. Lorsque les experts du Fonds monétaire international voyagent dans le monde entier pour déterminer où les problèmes macroéconomiques pourraient s'envenimer, ils commencent toujours par le gouvernement et examinent son comportement, ses décisions et ses gaffes. C'est pourquoi on dit souvent en plaisantant que l'acronyme #FMI signifie "It's Mostly Fiscal" (c'est surtout une question de fiscalité) - le fonds monétaire est en grande partie un fonds fiscal.

Lorsque les budgets publics vont mal, l'État a plus de mal à se financer, voire devient incapable d'assurer le service de sa dette. La banque centrale en prend un coup dans la foulée. Elle est implicitement ou même explicitement tenue d'intervenir pour aider le gouvernement, calmer les marchés et réduire les rendements insoutenables de la dette publique. Ce sont toutes des choses que nous connaissons très bien en Europe.

Dans une telle situation, la domination souhaitable et, aux premiers jours de l'euro, bien intentionnée de la politique monétaire prend fin. Commence alors la domination de la politique budgétaire, qui est hautement indésirable car elle lie les mains de la banque centrale, voire la prive totalement de sa capacité d'action. Elle la restreint surtout lorsque ses actions sont les plus nécessaires et les plus efficaces, comme en période de forte inflation.

Il ne fait guère de doute que la domination croissante de la politique budgétaire est l'une des raisons pour lesquelles la politique monétaire de la zone euro ne peut pas être plus agressive dans la lutte contre l'inflation, pourquoi, à l'inverse, elle a dû être si hyperactive pendant la crise budgétaire dans le sud de la zone euro, et pourquoi elle doit maintenant proposer des mesures aussi peu conventionnelles que l'instrument de protection de la transmission (IPT), qui vise à empêcher la croissance des taux d'intérêt d'avoir un effet plus fort sur les États membres plus risqués et plus surendettés.

La politique budgétaire est désormais si dominante que la zone de la monnaie unique a besoin de politiques monétaires multiples.

Iran - Risk of arrest, arbitrary detention and unfair trial

Source: Ministry of Foreign Affairs 

The Ministry of Foreign Affairs calls on Belgian nationals visiting Iran to leave the country as soon as possible in view of the increased risk of arbitrary detention in light of the current deterioration of the security situation throughout Iran.
 
All Belgian visitors, including bi-nationals, are at high risk of arrest, arbitrary detention, and unfair trial. This risk also applies to people who are simply visiting Iran for tourism. In the event of arrest or detention, respect for fundamental rights and the safety of individuals are not guaranteed.
 
In this context, the capacity of the Belgian embassy in Tehran to provide consular protection to nationals arrested or detained in Iran is very limited. Moreover, consular visits are not allowed in the case of a bi-national, as Iran does not recognize dual nationality.
 
In addition, consular presence at hearings during a possible trial is not guaranteed and the detainee does not have access to a lawyer of his choice. The lawyer may also be subject to severe constraints.
 
Belgian nationals, including those with dual nationality, are therefore strongly advised against traveling to Iran for any reason. Belgian nationals who, despite this warning, are currently in Iran, are invited to be extremely vigilant and to take the necessary precautions to ensure their safety. Recently, a Belgian national and several other Westerners were arbitrarily arrested and are currently imprisoned in Iran. Belgians and dual nationals are asked to return as soon as possible. They are strongly advised to limit their movements within the country, to avoid any type of gathering, and to make themselves known to the Belgian Embassy in Tehran by registering on the Travellers Online website.

Why We Hosted 49 Delegations from Africa This Week

source: Secretary Antony J. Blinken  - US Departement of State

 

This week, I joined President Joe Biden in inviting leaders from across the African continent to Washington, DC from December 13-15, 2022 for the U.S.-Africa Leaders Summit. President Biden believes U.S. collaboration with African leaders, as well as civil society, business, diaspora, women, and youth leaders, is essential to unlocking the potential of this decisive decade. Africa will shape the future — not just the future of the African people, but of the world. Read my remarks below as we wrapped up this three-day summit which served as an opportunity to listen to and collaborate with African counterparts on key areas the United States and Africa define as critical for the future of the continent and our global community.

Earlier this year in South Africa, I had an opportunity to set out the administration’s Strategy for Africa. At its core, it really can be distilled into a single word: partnership. The reality is that the United States and African nations cannot deliver on any of the fundamental aspirations of our people – we can’t solve any of the big challenges that we face – if we don’t work together. So our approach is about what America can do with African nations and people, not for them. And that’s what the U.S.-Africa Leaders Summit has really been all about.

We took full advantage of having so many leaders from African governments and businesses to strengthen these partnerships, as was demonstrated by the robust engagement from President Biden, Vice President Harris, and a large number of our Cabinet secretaries throughout the course of the week. We’re putting considerable new resources toward advancing our shared priorities – $55 billion over the next three years alone.

Let me just take a minute, to sum up, and highlight a few of those key areas that have come out of the summit. The bottom line is this: We made significant, tangible progress across every one of our priorities this week, building on the momentum that we’ve generated over the past two years. 

We committed to ensuring African countries have a prominent seat at the table wherever consequential decisions are being made, and consequential issues are being discussed– and we’ve delivered on that. At the United Nations General Assembly in September, President Biden expressed support for adding a permanent member from Africa to the UN Security Council. And this week the President announced support for the African Union to join the G20 as a permanent member.

In our strategy, we also committed to expanding broad-based economic opportunity in Africa in part by mobilizing the unmatched power of the American private sector. If you go back to 2021, our government has helped close more than 800 two-way trade and investment deals across 47 African countries worth $18 billion. During the summit just this week, President Biden announced more than $15 billion in new deals. At the U.S.-African Business Forum, we brought together leaders from over 300 American and African companies with the heads of the 50 delegations, fostering new connections that will create even more opportunities.

Seizing 21st-century opportunities requires digital connectivity. This is vital to free ideas, information, and investment. That’s why the President announced our plan to work with Congress to invest more than $350 million toward a new initiative on digital transformation in Africa.

Too often, international infrastructure and trade deals are opaque. They’re coercive. They lead to projects that are environmentally destructive, poorly built, import or abuse workers, that foster corruption, and burden countries with unmanageable debt. We have a different approach. We offer investments that are transparent, high-quality, and sustainable for the planet. We empower local communities. We respect the rights of their people. We listen to their people, to their needs.

America will not dictate Africa’s choices. Neither should anyone else. The right to make these choices belongs to Africans and Africans alone. But we will work relentlessly to expand their choices, and the agreements and investments we made this week showed that when African governments, businesses, and communities are offered the choice to partner with the United States, they will take it.

The U.S. Strategy for Africa is also committed to helping our partners recover from the devastation wrought by COVID-19 and the unprecedented global food security crisis. African countries have consistently made clear that as much as emergency assistance – in fact, even more than emergency assistance – what they want is to strengthen African capabilities, institutions, technology, supply chains, and industries so that they’re more resilient in the face of future shocks, and together we are building that very resilience.

On health security, we’ve provided 231 million doses of safe, effective COVID-19 vaccines to African countries free of charge. At the summit, President Biden committed to investing at least $4 billion by 2025 to help African countries train and equip healthcare workers to meet citizens’ needs. We’re also expanding the capacity of African countries to manufacture vaccines, tests, and therapeutics in Africa for Africans, and indeed, for the world beyond.

On food insecurity, we’ve provided more than $11 billion over the last year to address global hunger and improve nutrition. Much of this assistance has gone to African countries, which have been disproportionately impacted by the drivers of hunger – COVID, climate, and conflict, and by President Putin’s war on Ukraine, which has made a serious crisis much worse. We’re making unprecedented investments to help African countries fulfill their goal of not only being able to feed their own people but those around the world. Sixteen of the 20 partners in the Feed the Future program, our flagship program to reduce malnutrition and increase food security, are in Africa, where innovations like high-yield, high-nutrition crops that can endure extreme weather are putting communities on the path to greater resilience.

We know that the climate crisis is a major driver of increased food insecurity and the spread of deadly viruses. It’s exacerbating tensions that can spark and spread deadly conflict. Yet as the President often points out, it’s also a once-in-a-generation opportunity to create good-paying jobs for the future. That’s why we committed to fostering a just energy transition that can meet the region’s need for more reliable, affordable energy and create opportunities for businesses and workers in African countries and the United States.

Since January of 2021, we’ve dedicated massive resources toward this very goal – solar energy in Angola, wind power in Kenya, hydro-solar energy in Ghana, and a new $100 million project that the President announced to expand off-grid access to solar energy – and that’s to name a few of the initiatives and projects that we’re working on. We’re deepening the resilience of African communities to a changing climate through a $150 million adaptation fund. We have a responsibility in the United States as, historically, the largest emitter in the world – and now still the number two emitter after China – to help countries adapt and to help them build resilience. We are putting the resources, the technology, and the technical know-how into doing that and sharing it with our partners. We’re teaming up with governments and non-governmental organizations (NGOs) to incentivize the protection of irreplaceable natural resources like the Congo Basin rainforest, which absorbs more carbon than is emitted by the entire continent of Africa. 

Finally, we committed to working with African partners to fulfill the promise of democracy. That includes helping strengthen its core pillars – the rule of law, human rights, a free press – as well as addressing some of the root causes of insecurity, which undermines the ability of democracies to actually deliver for their people.

Yesterday, President Biden hosted a small group of leaders to discuss how we can help support free, fair, and credible elections in 2023 like the ones we saw in several places this year, including Kenya. As part of that discussion, the President pledged to work with Congress to provide over $165 million to support elections and good governance in Africa in the coming year. These will be key themes of the second Summit for Democracy coming up in March, where Zambia will be one of our co-hosts.

Where there are crises and conflicts, we are supporting the African leaders, regional institutions, and citizens who are stepping up to find diplomatic solutions. That’s what we’ve demonstrated over the last year through our diplomatic engagement in places like Chad, Ethiopia, Sudan, and the eastern Democratic Republic of Congo(DRC). We know African countries face real security concerns, including terrorism and transnational organized crime. The message we sent this week is that African nations can continue to count on the United States as a partner in building more effective and accountable security forces.

There are a lot of commitments there. And we know that commitments are only as good as our ability to deliver on them. That’s why we asked one of our most experienced senior diplomats, Ambassador Johnnie Carson, to return to the State Department as our special representative for the U.S-Africa Leaders Summit implementation. With nearly four decades of experience as a diplomat and deep relationships across the region, I can think of no one better to ensure that our words are actually translated into action.

Across every single one of our priorities, civil society will play a critically important role, in particular, youth. Today the median age in Africa is 19 years old. By 2030, two in five people on this planet will be African. And the choices that rising generations make will shape the future not just for Africa but for the entire world. That’s why we’re investing more in Africa’s emerging leaders, more than ever before. The Vice President announced that we plan to devote an additional $1.1 billion over the next three years to youth programs like the Mandela Washington Fellows, a number of whom took part in this summit, and, of course, the YALI Network, which provides tools, resources, and a virtual community, for now, more than 700,000 rising leaders across the continent.

Of course, a big part of that is investing in women and girls because we know that when they have the opportunity to reach their full potential, when they’re empowered to lead in business and government and communities and families, all of the society benefits.

The very first gathering that I took part in this week was a meeting of rising African innovators and entrepreneurs. The energy, the ingenuity of this group, its eagerness to turn so many of the problems that we face into opportunities, and to do so in partnership with the United States, is truly inspiring. It’s impossible to feel cynical in their presence because they’re so energized. They’re so committed to serving their communities. They are so full of good ideas. 

And that kind of sums up the way that we feel coming out of this summit. As the President said yesterday, we’re all in on Africa’s future because we know that the future of African nations and the United States is a shared one. And in this decade – what the President has called a decisive decade – that partnership is more vital than ever.

About LT News

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore.