Pourquoi la lutte contre l'inflation ne sera pas facile en Europe

by Rafiek Madani

Des dépenses publiques excessives en réponse à une quelconque "crise" et des politiques monétaires inadéquates maintiendront l'inflation à un niveau inutilement élevé.

Un regard sur la politique économique en Europe aujourd'hui offre un tableau sombre et plutôt déroutant. Alors que l'inflation grimpe depuis des mois et frôle désormais les 10 % dans la zone euro (et atteint des niveaux sans précédent de plus de 20 % dans certains États membres), le taux directeur de la Banque centrale européenne n'est passé au-dessus de zéro qu'en septembre de cette année. Jusque-là, il avait tourné au ralenti en territoire négatif pendant près de dix ans.

Et il n'y a pas que la zone euro. Les pays de l'Union européenne non membres de l'euro connaissent également une inflation remarquablement élevée. Dans aucun d'entre eux, le taux directeur ne dépasse le taux d'inflation actuel. Les taux d'intérêt réels (le taux de la banque centrale moins l'inflation) restent donc négatifs dans de nombreux pays européens, plus encore que pendant la pandémie.

Les gouvernements, à quelques exceptions notables près, continuent pendant ce temps à accumuler de nouvelles dettes. Les ratios de la dette par rapport au produit intérieur brut (PIB) sont comparables à ceux de la fin de la Seconde Guerre mondiale, non seulement en Europe, mais dans l'ensemble du monde développé.

Quiconque regarde ce tableau uniquement à travers le prisme des manuels de macroéconomie secouerait probablement la tête d'un air incrédule. Mais l'économie seule ne suffit pas pour comprendre où nous en sommes aujourd'hui. Au contraire, la connaissance de l'économie peut paradoxalement faire obstacle.

Quand les règles ne fonctionnent pas

Au début du processus d'approfondissement de l'intégration économique et monétaire européenne, les futurs membres de la zone euro ont adopté un ensemble de règles destinées à freiner la prodigalité budgétaire des hommes politiques. Pour garantir la discipline, les déficits et les dettes publics ont été plafonnés à 3 % et 60 % respectivement.

Ces règles relativement simples ont été élaborées en 1997 et appelées Pacte de stabilité et de croissance. Elles visaient principalement à assurer la "prédominance de la politique monétaire", c'est-à-dire une situation dans laquelle le processus décisionnel de la banque centrale en matière de taux d'intérêt et de taux de change n'est pas paralysé par la politique budgétaire irresponsable des gouvernements et où les problèmes d'endettement dans une partie de la zone euro n'empêchent pas la stabilisation des autres parties et ne se propagent pas facilement d'un voisin à l'autre.

Il est cependant vite apparu que tout ne serait pas si simple. Comment des règles aussi strictes et restrictives peuvent-elles être appliquées entre États souverains ? Avec beaucoup de difficultés.

Des analyses ont montré que le respect des règles budgétaires n'était que d'environ 50 % entre 1998 et 2019. Et ce score exclut les années de la pandémie de Covid-19, pendant lesquelles les principales règles de politique budgétaire ont été désactivées dans toute l'UE.

Aucune révision des règles initiales (les réformes "six-pack" et "two-pack"), aucun renforcement des mécanismes d'application et aucune tentative de réécrire les règles pour les rendre plus cohérentes avec la logique du cycle économique n'ont conduit à un meilleur respect des règles. Qui plus est, ces changements ont rendu les règles si complexes que même ceux qui sont censés les appliquer ne les comprennent plus. C'est une autre raison pour laquelle la volonté de les suivre a diminué.

Cela a bien sûr un impact fondamental. Les experts en politique monétaire et fiscale savent très bien que la contagion de l'irresponsabilité va presque toujours du gouvernement à la banque centrale, et non l'inverse. Lorsque les experts du Fonds monétaire international voyagent dans le monde entier pour déterminer où les problèmes macroéconomiques pourraient s'envenimer, ils commencent toujours par le gouvernement et examinent son comportement, ses décisions et ses gaffes. C'est pourquoi on dit souvent en plaisantant que l'acronyme #FMI signifie "It's Mostly Fiscal" (c'est surtout une question de fiscalité) - le fonds monétaire est en grande partie un fonds fiscal.

Lorsque les budgets publics vont mal, l'État a plus de mal à se financer, voire devient incapable d'assurer le service de sa dette. La banque centrale en prend un coup dans la foulée. Elle est implicitement ou même explicitement tenue d'intervenir pour aider le gouvernement, calmer les marchés et réduire les rendements insoutenables de la dette publique. Ce sont toutes des choses que nous connaissons très bien en Europe.

Dans une telle situation, la domination souhaitable et, aux premiers jours de l'euro, bien intentionnée de la politique monétaire prend fin. Commence alors la domination de la politique budgétaire, qui est hautement indésirable car elle lie les mains de la banque centrale, voire la prive totalement de sa capacité d'action. Elle la restreint surtout lorsque ses actions sont les plus nécessaires et les plus efficaces, comme en période de forte inflation.

Il ne fait guère de doute que la domination croissante de la politique budgétaire est l'une des raisons pour lesquelles la politique monétaire de la zone euro ne peut pas être plus agressive dans la lutte contre l'inflation, pourquoi, à l'inverse, elle a dû être si hyperactive pendant la crise budgétaire dans le sud de la zone euro, et pourquoi elle doit maintenant proposer des mesures aussi peu conventionnelles que l'instrument de protection de la transmission (IPT), qui vise à empêcher la croissance des taux d'intérêt d'avoir un effet plus fort sur les États membres plus risqués et plus surendettés.

La politique budgétaire est désormais si dominante que la zone de la monnaie unique a besoin de politiques monétaires multiples.

La Police Intégrée attire votre attention

Pour la deuxième fois cette année, la Police Fédérale de la Route et les zones de la Police Locale mènent une action de contrôle intégrée combinant prévention et répression dans la lutte contre la distraction au volant. Cette action nationale a démarré aujourd'hui et se poursuivra jusqu'au 20 novembre. 

L'utilisation du GSM au volant est l'une des principales causes d'accidents de la route et d'insécurité routière. Pour cette raison la Police Intégrée (Police Fédérale et Police Locale) s'intéresse de très près à ce phénomène. Des recherches montrent qu'entre 5 et 25 % des accidents de la route sont dus à une distraction au volant. Manipuler son téléphone au volant triplerait le risque d'accident de la route. Quelque 5 % des accidents mortels de la route sont causés par l'utilisation du téléphone portable au volant. Chaque année, cette forme de distraction cause environ 30 décès et 2 500 blessures.

En raison des résultats interpellants de la première édition qui s'est tenue en mai, la Police Intégrée a décidé de contrôler à nouveau les distractions, telles que l'utilisation du GSM, au volant pendant 4 jours. Les actions intégrées précédentes ont prouvé le succès du partenariat entre la Police Locale et la Police Fédérale. L'action "distraction au volant" est organisée à partir d'aujourd'hui, jeudi 17 novembre (00.01), jusqu'au dimanche 20 novembre 2022 (23.59).

Pour rappel, les conducteurs en infraction contrôlés par la police alors qu'ils utilisent leur smartphone ou tout autre appareil mobile muni d'un écran au volant recevront une amende de 174 euros (infraction de troisième degré).

Comment bloquer les messages de spam : Prévenir, bloquer et signaler

source: mail.com

Nous détestons tous les messages de spam ! Et si vous avez l'impression d'en recevoir davantage, ce n'est pas le fruit de votre imagination. En effet, les spammeurs se tournent de plus en plus vers les messages textuels, car le courrier électronique et les appels non sollicités se heurtent à des obstacles de plus en plus nombreux sous la forme de listes de blocage et de réglementations gouvernementales.

Bien que la Federal Trade Commission interdise désormais les textos commerciaux non sollicités (alias spam) aux États-Unis, les chiffres ont atteint un nouveau sommet. Selon une étude, plus de 87 milliards de spams ont été envoyés en 2021. Ce phénomène est en partie dû à l'évolution de nos habitudes de communication, puisque de plus en plus de personnes préfèrent envoyer des SMS plutôt que de téléphoner - et refusent absolument de répondre au téléphone si elles ne reconnaissent pas le numéro - les télévendeurs comme les escrocs téléphoniques ont plus de mal à passer.

Malheureusement, cette variété de spam vous expose également à des risques tels que les logiciels malveillants et l'usurpation d'identité. Découvrez comment identifier, prévenir, bloquer et signaler les messages de spam.

Les messages de spam sont-ils vraiment dangereux ?

Certains textes de spam sont simplement ennuyeux - comme le fait d'être bombardé d'offres spéciales d'une entreprise légitime. D'autres fonctionnent comme des courriels de phishing : Ils sont conçus pour vous inciter à donner des informations sensibles comme des mots de passe ou à télécharger des logiciels malveillants sur votre téléphone. L'une des arnaques par SMS les plus courantes, qui représente plus d'un quart des arnaques par SMS en 2021, est constituée de fausses notifications de livraison qui se font passer pour des expéditeurs comme UPS ou FedEx. Ces messages contiennent un "lien de suivi" ou affirment que la livraison est retardée en raison d'un problème de traitement de votre paiement, par exemple. Lorsque vous cliquez sur le lien, vous êtes redirigé vers un site web conçu pour dérober vos informations personnelles.

Comment puis-je savoir si un texte est un spam ?

Tout comme il existe des astuces permettant d'identifier un courrier électronique non sollicité, certains indices permettent de déceler un message texte non sollicité. Par exemple, votre banque ou une autre entreprise légitime ne vous enverra pas un SMS à l'improviste pour vous informer d'un "problème" sur votre compte. De nombreuses fautes d'orthographe et de grammaire dans le texte sont aussi probablement des signes d'arnaque. Vous devez également examiner attentivement les liens contenus dans le texte. En regardant de plus près, vous remarquerez peut-être que ce qui semble être l'adresse Web d'une entreprise légitime contient une faute d'orthographe (comme gooogle au lieu de google) et vous mènera à un faux site Web. Et un dernier indice : L'absence d'informations sur l'expéditeur ou un numéro bloqué. Un message promotionnel d'une entreprise légitime indique clairement de qui il provient.

Comment ne plus recevoir autant de messages de spam?

Certes, il est peu probable que vous puissiez couper complètement le flux de messages non sollicités, mais il existe quelques mesures que vous pouvez prendre pour limiter votre exposition :

  1. Devriez-vous répondre ? Cela dépend ! Si un message de spam provient d'une entreprise légitime qui vous envoie des offres spéciales qui ne vous intéressent pas, vous pouvez choisir de ne plus recevoir ses messages en répondant "Stop" ou un message similaire - elle est alors légalement tenue de cesser de vous envoyer des messages. Bien entendu, un escroc n'a pas vraiment intérêt à rester du bon côté de la loi, c'est pourquoi vous ne devez jamais répondre à des SMS qui vous semblent suspects. En répondant, vous montrez au spammeur que votre numéro est actif, ce qui ne fera qu'augmenter le nombre de spams.
  2. N'ouvrez jamais les liens ! Même s'il n'y a pas d'escroquerie, cliquer sur un lien est aussi un signe d'intérêt qui peut conduire à d'autres textos ou même à des appels de suivi.
  3. Évitez de donner votre numéro de téléphone ! Parfois, une remise spéciale ou une offre d'adhésion vous oblige à saisir votre numéro de téléphone. Réfléchissez-y à deux fois pour savoir si la réduction supplémentaire de 15 % en vaut vraiment la peine - l'entreprise peut vendre votre numéro à des spécialistes du marketing, ouvrant ainsi la porte à d'autres messages de spam.

Comment empêcher l'envoi de spams sur votre iPhone?

Il est toujours possible de bloquer des expéditeurs de messages individuels dans votre iPhone. Il suffit d'ouvrir la conversation dans l'application Messages (sans cliquer sur aucun lien dans le message) et de toucher le numéro de téléphone de l'expéditeur en haut de la discussion. Appuyez ensuite sur Info > Bloquer cet appelant.

Vous trouverez peut-être plus facile d'envoyer tous les messages entrants provenant de numéros inconnus dans un dossier séparé. Allez dans Paramètres > Messages. Faites défiler jusqu'à Filtrer les expéditeurs inconnus et appuyez sur le curseur pour qu'il devienne vert. Désormais, tous les messages texte provenant de numéros qui ne figurent pas dans vos contacts seront filtrés. Gardez à l'esprit que cela peut également bloquer les textes d'appelants souhaités mais inconnus, comme un message du magasin de meubles où vous avez commandé un canapé. Ces messages resteront toutefois sur votre téléphone et vous pourrez les retrouver dans l'application Messages en appuyant sur Filtres dans le coin supérieur gauche et en sélectionnant Inconnu. C'est comme un dossier de spam pour les messages texte !

Comment bloquer les messages de spam sur votre téléphone Android?

Vous avez également la possibilité de bloquer des expéditeurs individuels ou de filtrer les messages provenant de numéros inconnus. Pour vous assurer que les messages provenant d'un numéro particulier ne vous parviennent pas, ouvrez la conversation dans votre application Messagerie, appuyez sur les trois points en haut à droite, puis sur Détails > Bloquer et signaler le spam.

Sur les versions Android les plus récentes, vous pouvez également activer la protection contre le spam dans vos paramètres. Ouvrez l'application Messaging et appuyez sur le menu à trois points en haut à droite. Appuyez ensuite sur Paramètres > Protection anti-spam et faites défiler vers le bas jusqu'à ce que vous voyiez Activer la protection anti-spam. Appuyez sur cette option pour l'activer. Une fois qu'elle est activée, le curseur apparaît en bleu.

Comment signaler les messages non sollicités?

  • Dénoncer des délits en ligne

    Vous pouvez dénoncer un délit commis en ligne en vous rendant dans votre commissariat local. Les policiers locaux collaborent avec les Computer Crime Units Régionales et Fédérale (RCCU et FCCU) spécialisées dans la lutte contre les crimes informatiques.
  • Pédopornographie

    Si vous avez trouvé des images d'abus sexuels d'enfants sur internet, signaler-les à Child Focus sur www.stopchildporno.be
     
  • Protection des données privées

    Si vous avez des questions sur la protection de vos données ou si vous souhaitez signaler une fuite de données contactez l'Autorité de protection des données.

    Autorité de protection des données

  • Signaler des incidents en ligne

    Si, en tant qu’entreprise ou organisation, vous êtes confronté à un incident sur internet ou sur votre réseau et que vous souhaitez le signaler ou obtenir des conseilswww.cert.be. CERT.be est la Cyber Emergency Response Team.
     
  • Signaler du phishing

    Vous avez reçu un message suspect ? Envoyez-le à l’adresse This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. et supprimez-le ensuite. Si vous recevez un message suspect au travail, vous devez suivre les procédures en vigueur pour le phishing. Par exemple, l’envoyer vers le service ICT.

    Qu’est-ce que This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ?

     
  • Signaler une fraude ou une esqroquerie

    Vous êtes victime d’une tromperie, d’une arnaque, d’une fraude ou d’une escroquerie, ou vos droits en tant que consommateur ou entreprise n’ont pas été respectés ? Point de contact

    https://meldpunt.belgie.be/meldpunt/fr/bienvenue

     
  • Signaler une fraude en ligne à l'investissement et au crédit

    Vous êtes victime d'une fraude en ligne à l'investissement et au crédit ?

    Contactez la FSMA.

     
  • Votre compte a été piraté

    Informez le site web auquel appartient votre compte.

     

Nous espérons que cet article vous aidera à éviter les désagréments et les risques liés aux SMS indésirables. Si vous l'avez trouvé instructif, laissez-nous vos commentaires ci-dessous !

 

Arrestation du fugitif WERENGOWSKI DAMIAN par le FAST et la ZP Midi

Source: Police Fédérale belge

Le 17 juin 2022, WERENGOWSKI a été condamné par la Cour d'assises de Bruxelles (par contumace) à 20 ans d'emprisonnement pour meurtre et lésions corporelles intentionnelles ayant entraîné une incapacité de travail. Peu avant le verdict, WERENGOWSKI Damian a retiré son bracelet électronique et s'est enfui. Il était depuis lors introuvable et le team FAST de la Police Fédérale a reçu l'ordre de commencer les recherches.

Après une enquête intensive, il a finalement été localisé à Anderlecht et arrêté après une excellente collaboration entre le team FAST de la Police Fédérale (DJO/FAST) et l'équipe d'assistance de la zone de police locale Midi.


L'arrestation s'est déroulée le 5 août 2022 à 15h50 sans aucun problème. Il a ensuite été transféré à la prison de Saint-Gilles.

Les périls de l'intégration européenne technocratique

De Rafiek Madani

La défense européenne et l'intégration supplémentaire sont de beaux objectifs, mais ils ne doivent pas se faire au prix d'une plus grande centralisation.

En 2017, à la Sorbonne, le président français Emmanuel Macron a prononcé un discours très commenté dans lequel il a exposé sa vision de l'Europe. En un mot, il a présenté l'Union européenne comme un État national consolidé. C'était le projet d'une grande République française, avec une administration dominante et des finances centralisées, notamment la dette. Pour atteindre cet objectif, il a proposé avec arrogance une UE à deux voies, composée d'un noyau et d'une périphérie.

De la même manière, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est exprimé fin août à la célèbre Université Charles de Prague, la plus ancienne institution d'enseignement supérieur de l'ancien Saint-Empire romain germanique.

L'UE est le résultat d'un merveilleux processus d'intégration européenne. Elle a d'abord été conçue comme une "patrie des patries", comme l'appelait l'ancien président français Charles de Gaulle : une unité décentralisée permettant aux États-nations de s'intégrer dans divers domaines, notamment le marché intérieur, qui a connu un tel succès. Elle a également été conçue pour disposer d'une administration européenne légère et donc efficace.

 

Les exigences d'intégration ont même contraint les États-nations à limiter leur taille et leur implication dans l'économie. L'Autriche en est un bon exemple. L'économie du pays était grevée par des principes administratifs surdimensionnés et de grandes entreprises nationalisées. Les règles de la Communauté européenne ont contraint Vienne à se libéraliser. Le marché s'est alors libéré ; de nombreuses entreprises innovantes ont vu le jour, aidant le pays alpin à devenir l'un des membres les plus prospères de l'UE.

Il est logique que les Européens collaborent étroitement pour rester compétitifs au niveau mondial, et pas seulement sur le plan économique. L'Europe est un sous-continent composé d'une grande variété de peuples et de cultures, mais ils ont une chose en commun : une tradition d'héritage judéo-chrétien. La force de cette merveilleuse région du monde réside dans cette combinaison de cultures et de langues diverses qui sont liées - indépendamment de leur appartenance religieuse ou non -.

Point tournant

Le chancelier Scholz a qualifié l'invasion russe en Ukraine de "Zeitenwende", un tournant historique. Bien que nous respections la pensée stratégique et reconnaissions la nécessité de l'intégration européenne, nous savons aussi une chose : lorsque les politiciens commencent à parler de "tournants", cela sert généralement à promouvoir un agenda spécifique. Bien que le chancelier ait proposé quelques bonnes idées, son discours a surtout semblé plaider en faveur d'un programme fortement technocratique et centraliste, si cher à de nombreux socialistes.

M. Scholz a mis l'accent sur une défense européenne commune plus forte pour protéger la liberté de l'Europe. C'est certainement nécessaire, mais le chancelier est resté vague sur la manière dont elle serait organisée et gouvernée. Le seul point sur lequel il a été précis est la défense aérienne.

La question que nous devons nous poser est de savoir si M. Scholz plaide réellement en faveur d'une défense européenne plus forte pour son propre bien, ou s'il y voit plutôt un prétexte commode pour faire avancer l'agenda de la centralisation - tout en retirant la responsabilité de la défense des mains de son gouvernement. Son parti, le Parti social-démocrate d'Allemagne, et les Verts, le principal partenaire de la coalition gouvernementale, se sont traditionnellement opposés à l'idée de donner la priorité à la défense. En effet, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, Berlin n'a fait que promettre de l'argent et offrir des mots de soutien.

Les réglementations européennes visant à garantir la responsabilité fiscale - en particulier le traité de Maastricht - ne permettent pas de dette commune et de renflouement. Ce détail a déjà été largement ignoré, mais le chancelier Scholz a de nouveau souligné que des "finances" communes (un euphémisme pour la dette) sont nécessaires. Dans ce domaine, les gouvernements nationaux, le Parlement européen et la Commission sont en collusion illégale. Pour des raisons politiques, la Cour de justice européenne a essentiellement renoncé à son indépendance et a accepté cet état de fait.

Nous en arrivons à ce qui est probablement la proposition la plus dangereuse. Selon M. Scholz, les institutions centrales devraient avoir le pouvoir de discriminer financièrement des pays - notamment la Pologne et la Hongrie - lorsque leur système judiciaire est jugé insuffisant. L'État de droit est crucial, et les systèmes judiciaires doivent fonctionner correctement. Toutefois, la proposition du chancelier présente deux problèmes.

Premièrement, si un système d'État de droit est contraignant, il doit l'être pour tous les gouvernements, y compris celui de M. Scholz. Or, en ce qui concerne la question de la dette mentionnée ci-dessus (pour ne citer qu'un domaine de transgression), son gouvernement agit clairement à l'encontre des règles européennes. Ce fait a été reconnu par la Cour fédérale de justice d'Allemagne, mais Berlin a ignoré la décision.

Deuxièmement, il est extrêmement dangereux de permettre aux institutions centrales d'imposer des sanctions financières pour des raisons "morales". Cela ouvre la voie à des décisions arbitraires et idéologiques.

Il y a beaucoup de bons éléments dans la vision du chancelier, et j'aimerais aussi voir les Balkans occidentaux, l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie établir des relations plus étroites ou s'intégrer au reste de l'Europe, quel que soit le cadre institutionnel nécessaire. Cependant, il semble que l'ordre du jour principal ici était de promouvoir une centralisation plus forte comme condition préalable à cet élargissement. Une centralisation forcée affaiblira l'Europe, au lieu de la renforcer.

L'Europe a besoin d'intégration, mais celle-ci doit être fondée sur la force de sa variété. Une Europe "incomplète" qui respecte la décentralisation et la subsidiarité sera plus forte qu'une technocratie centralisée. L'Europe a besoin d'une nouvelle reconstruction, axée sur la liberté. Une organisation européenne de défense sera nécessaire mais, au moins au début, il serait peut-être préférable qu'elle soit établie en dehors des institutions de Bruxelles.

Même si nous ne sommes pas certains de son programme, le discours de M. Scholz pourrait offrir de nombreuses pistes de réflexion.

Een nieuwe kans voor Europa: De Europese Politieke Gemeenschap

By Rafiek Madani

De nieuwe vrijwillige politieke gemeenschap zou de wereldwijde rol van Europa kunnen versterken zonder de lidstaten te onderwerpen aan de invloed van Brussel, Parijs of Berlijn. 

Op uitnodiging van het Tsjechische voorzitterschap van de Europese Unie zijn de staatshoofden en regeringsleiders van 44 landen begin oktober in #Praag bijeengekomen. Onder de deelnemers bevonden zich alle leden van de EU, de Europese Economische Ruimte (EER) - waartoe ook #IJsland#Liechtenstein en #Noorwegen behoren - evenals #Zwitserland, het #VerenigdKoninkrijk#Turkije en #Israël, plus de landen van de Westelijke #Balkan en de #Caucasus

Het idee van de Europese Politieke Gemeenschap (EPC) werd in mei voor het eerst gepresenteerd door de Franse president Emmanuel Macron. De gemeenschap, zo stelde hij, zou de #EU, de #EER en 10 andere landen in de regio moeten omvatten om te dienen als een breed platform voor vrijwillige initiatieven. De dreiging die uitgaat van de oorlog in Oekraïne heeft de oprichting van dergelijke verenigingen nog dringender gemaakt. Het heeft veel zin, en de top van Praag was de eerste gezamenlijke stap van het voorgestelde orgaan. 

Het basisprincipe van de #EPC is veelbelovend, omdat het het continent een broodnodig platform kan bieden om gezamenlijke belangen na te streven. Het kan ook de samenwerkingsmogelijkheden op lange termijn scherp in beeld brengen en de positie van Europa in de mondiale arena verstevigen, terwijl de verscheidenheid van het continent - de bron van zijn kracht - behouden blijft.

Potentiële vangst

Wil dit platform echter slagen, dan moet worden voorkomen dat het door Brussel en de sterkste landen van Europa wordt misbruikt om hun belangen na te streven ten koste van kleinere staten. 

President Emmanuel Macron is een fervent Europees centralist die Europa voor ogen heeft als een entiteit die van bovenaf wordt bestuurd, met gestandaardiseerde procedures en een machtig bestuur. Subsidiariteit is in dat concept van weinig belang; harmonisatie is het leidende principe. We hebben hier zowel een socialistisch (gelijkschakeling) als een typisch Frans (centralisatie en nadruk op staatsmacht) patroon.

Dat was niet het oorspronkelijke idee van de Europese integratie. In de visie van de oprichters werd de diversiteit van de Europese bevolking, het rijke culturele erfgoed en de sociale en economische oplossingen als een kracht gezien. Integratie was slechts bedoeld als een manier om sterke punten op kritieke gebieden te bundelen. #Europa, bestaande uit middelgrote en kleine mogendheden, moet zijn kracht benutten om wereldwijd concurrerend te blijven. Het concurrentievermogen moet worden aangescherpt door vriendschappelijke interne concurrentie die is geworteld in de diversiteit van het continent.

Toen de Elysee van de heer Macron besefte dat het centraliseren van de 27 EU-lidstaten een hele opgave zou zijn, kwam hij in 2017 met een nieuw voorstel. Europe a deux vitesses, een Europa van twee snelheden (ook wel multispeed Europe genoemd), was een plan waarin een kern van avant-garde landen een voortrekkersrol zou spelen bij de verdieping van de EU-integratie. In de praktijk zouden #Frankrijk en #Duitsland gezamenlijk een hechte Europese entiteit opbouwen op het gebied van regelgeving, economie en politiek, met Brussel als middelpunt. De "perifere" delen van de EU zouden in de Unie blijven en de voordelen ervan genieten. De opzet, gesteund door het kanselierschap van Angela Merkel, zou het integratieproces van een "steeds hechtere unie" versnellen.

De brutaliteit van dit plan was maar al te duidelijk. Het zou "perifeer Europa" tot een soort dynamische capitulatie dwingen, waarbij de landen gedwongen zouden worden alle door "kern-Europa" besloten maatregelen te aanvaarden zonder deel uit te maken van het besluitvormingsproces. Niet-naleving van de kernregels zou de voordelen van de vier vrijheden van de interne markt beperken. 

Hoewel het idee van de EPC steun verdient, kan men zich niet geheel onttrekken aan de verdenking van een verborgen agenda. Zou de nieuwe gemeenschap kunnen worden gebruikt om landen die zich verzetten tegen een sterkere centralisatie binnen de Unie, of tegen het Europa van twee snelheden, in de val te lokken? Zal een initiatief om een "anti-Poetin" pro-democratisch Europees platform op te bouwen dergelijke onzalige ideeën bevorderen?

De oprichters van de EU waren christendemocraten, die sterk geloofden in beperkte overheidsbemoeienis met de vrijemarkteconomie en in ordelijke staatskaders die de bescherming van de sociaal zwakkeren omvatten. De beginselen van subsidiariteit en zelfbeschikking waren essentieel voor de oprichters, en individuele vrijheid en verantwoordelijkheid waren de pijlers van Europa die zij voor ogen hadden.

Hoognodig platform

De meeste sociaal-democraten in Europa stonden aanvankelijk huiverig tegenover een dergelijk project. Maar geleidelijk aan liepen ze warm voor het idee, omdat ze het ook zagen als een instrument voor meer planning van economie en maatschappij. Een machtig technocratisch bestuur was de droom van de socialisten. Stapsgewijze, gezonde integratie werd ondermijnd door overdreven harmonisatie.

Zelfs de verdenking van een verborgen agenda zou het verkeerd maken het EPC-initiatief af te wijzen. Het geopolitieke momentum van het project moet worden opgevangen, ongeacht de volledige bedoelingen van president Macron. Andere landen, met name het Verenigd Koninkrijk en Zwitserland, maar ook enkele EU-leden, kunnen zich effectief verzetten tegen de al te centralistische agenda's in de nieuwe organisatie. Ook kunnen zij haar beschermen tegen misbruik voor kleinzielige hegemonistische pogingen. Als dat risico wordt vermeden, kan de EPC een broodnodig platform worden voor het bevorderen van vitale Europese belangen op lange termijn.

About LT News

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore.